/sports/racing
Navigation

Boivin se rapproche du Tour de France

L’équipe Israel Cycling Academy accède au WorldTour

cycliste Guillaume Boivin courtoisie YPMedias
Photo d'archives Le cycliste Guillaume Boivin est très heureux de la transaction conclue par son patron, le riche homme d’affaires canado-israélien Sylvan Adams.

Coup d'oeil sur cet article

Le cycliste Guillaume Boivin peut maintenant rêver au Tour de France avec le rachat de la licence WorldTour de l’équipe Katusha-Alpecin par l’homme d’affaires canado-israélien Sylvan Adams, qui accède au grand circuit en cinq ans.

Passionné de cyclisme, Sylvan Adams est copropriétaire de l’équipe professionnelle Israel Cycling Academy, créée en 2015. La rumeur circulait depuis peu, mais la confirmation est venue jeudi. L’homme d’affaires devient donc le premier Québécois à diriger une équipe du WorldTour. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé et l'UCI doit l'approuver. 

Quelques jours après le déluge des Mondiaux, la formation de Guillaume Boivin monte donc en grade pour se tailler une place parmi les meilleures équipes au monde des Houle, Duchesne et Woods. La nouvelle équipe WorldTour n’a pas encore de nom officiel, mais le mot «Israël» devrait figurer au premier rang. 

Le Montréalais James Piccoli, ainsi que les Canadiens Alex Cataford et Benjamin Perry feront également partie de l’alignement pour la saison 2020. Malgré des invitations au Tour d’Italie et au Tour d’Espagne, l’équipe israélienne était toujours absente au Tour de France. Elle sera désormais qualifiée d’office et un premier cycliste d'Israël sera au départ en 2020. 

Une opportunité

«C’était notre destin de devenir WorldTour, je l’ai dit souvent. Je suis opportuniste et ça prenait une situation où une équipe n’avait plus suffisamment de support pour continuer. Ça va être très spécial d’avoir une équipe capable de courir les trois grands tours», a expliqué le milliardaire et philanthrope Sylvan Adams, joint en Israël. 

Avec l’ajout de plusieurs coureurs de l’ancienne structure Katusha et la présence de cinq Israéliens, il serait surprenant de voir d’autres Canadiens se joindre dès maintenant à la formation, mais l’avenir s’annonce intéressant. Un partenariat avec les vélos québécois Argon 18 n’est pas exclu, mais loin d’être fait. 

«J’aimerais être un véhicule pour promouvoir les athlètes canadiens et québécois. Nous sommes aussi à planifier une équipe continentale en parallèle, pour garder nos coureurs qui ne peuvent pas accéder au WorldTour», a ajouté Sylvan Adams. 

Rentré à Montréal après le championnat du monde, Guillaume Boivin est très heureux de cette nouvelle qui ravive la flamme d’une participation éventuelle au Tour de France. 

«Je suis très content, c’est un grand pas vers l’avant. C’est sûr que l’équipe va faire le Tour de France alors je veux y être au moins une fois avant ma retraite. Ça me fait rêver», a affirmé le cycliste âgé de 30 ans, qui compte quatre grands tours dans ses bagages depuis 2013. 

Ascension rapide

Boivin n’est pas non plus surpris par la réussite de Sylvan Adams. «C’est assez rapide comme évolution, mais Sylvan a souvent dit qu’il voulait être au Tour en 2020, alors je m’attendais à tous les efforts de sa part.» 

En 2018, la 101e édition du Tour d’Italie est partie de Jérusalem grâce au travail de Sylvan Adams, qui a convaincu les organisateurs de sortir de l’Europe pour la première fois. 

Cette année, l’homme d’affaires a aussi fait don de deux millions de dollars pour le nouveau vélodrome québécois. Ainsi, à Bromont, comme à Tel-Aviv, sa ville d’adoption, un vélodrome portera son nom. 

Au Québec, la famille Adams a bâti une fortune de près de 2 G$ dans l’immobilier, notamment avec Développements Iberville, fondé par Marcel Adams, aujourd’hui âgé de 99 ans.