/finance
Navigation

Le géant japonais Hitachi a l’œil sur nos données

Le géant japonais Hitachi a l’œil sur nos données
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le géant japonais Hitachi s’intéresse aux données et renseignements personnels des organismes sensibles du gouvernement québécois, a appris Le Journal

Revenu Québec (RQ), la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), Investissement Québec (IQ)... et même l’Assemblée nationale font partie des huit organismes clés dans le collimateur de Hitachi Systems Security Inc.

« Le domaine visé est celui des technologies de l’information et les contrats portant sur la surveillance de réseaux informatiques ainsi que des services professionnels liés à la protection des renseignements personnels », peut-on lire dans le mandat de lobbying de la multinationale japonaise, publié il y a quelques jours au Registre des lobbyistes.

Fondée en 1999, la branche techno du géant japonais compte parmi ses administrateurs le Québécois Daniel Gaudreau, qui est son chef d’exploitation, selon le site de la société.

Cybersécurité

Contrairement à Amazon, qui veut héberger les données des ministères québécois, Hitachi espère plutôt obtenir des contrats pour en assurer la sécurité. « Le but de ces services est d’aider les organismes publics à protéger leurs données », résume-t-elle.

Détection de menaces, surveillance de l’infonuagique, tests d’intrusions... Hitachi propose ses services de sécurité 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 pour veiller à la cybersécurité d’organismes liés au gouvernement québécois.

Au cours des derniers mois, avec les fuites de Desjardins et Capital One, le marché de la surveillance informatique a connu une explosion. Les organisations, tant privées que publiques, sont prêtes à injecter l’argent qu’il faut pour protéger leur réseau.

Pour profiter de la manne, des entreprises québécoises tissent des liens avec ces géants mondiaux de la techno, comme c’est le cas pour la québécoise Fortica, qui a obtenu en avril dernier un contrat de plusieurs millions $ de Hitachi Systems Security Inc.

Jointe par Le Journal, Hitachi, qui a une antenne à Blainville, n’a pas donné suite à nos demandes d’entrevues, jeudi.