/finance/opinion/columnists
Navigation

Le trou de 16 milliards $ d’Andrew Scheer

Coup d'oeil sur cet article

En vue de tenir sa promesse de rééquilibrer le budget fédéral dans cinq ans, le chef conservateur Andrew Scheer devra «trouver» quelque 16 milliards de dollars, soit en coupant dans les programmes fédéraux ou en haussant les impôts et les taxes. 

Ces 16 milliards $ manquants représentent le montant du déficit budgétaire qu’il est possible d’anticiper dans cinq ans pour l’exercice 2024-25, et ce, à la lumière des estimations effectuées par le Directeur parlementaire du budget (organisme fédéral indépendant) sur les engagements électoraux du Parti conservateur. 

Ce déficit de 16 milliards $ en 2024-25 comprend deux données, soit un montant de 9 milliards $ qui représente le déficit actuellement anticipé en vertu du dernier budget de Bill Morneau, et un montant additionnel d’environ 7 milliards $ qui représente le coût net des promesses conservatrices lors de l’année 2024-25. 

En se basant sur les engagements conservateurs dévoilés à ce jour, non seulement Andrew Scheer s’avérerait incapable d’enrayer le déficit causé par le gouvernement Trudeau, mais en plus, il l’augmenterait considérablement. 

Comment en est-il arrivé là? 

SES COÛTEUSES PROMESSES 

À l’instar de Justin Trudeau, le chef conservateur Andrew Scheer fait lui aussi preuve d’une débordante générosité dans le cadre de la présente campagne électorale. 

Ses promesses électorales à ce jour s’élèvent à 41 milliards de dollars sur cinq ans. 

Le problème? Jusqu’à présent, Andrew Scheer n’a annoncé que des coupes de dépenses gouvernementales de 15,4 milliards de dollars pour les prochaines cinq années. Ce qui laisse un « trou » de 25,6 milliards de dollars pour la période. 

Les conséquences budgétaires? 

Un gouvernement conservateur augmenterait les déficits budgétaires déjà anticipés dans le budget Morneau de 353 millions $ en 2019-20 ; de 1,21 milliard $ en 2020-21 ; de 3,72 milliards $ en 2021-22 ; de 6 milliards $ en 2022-23 ; de 7,2 milliards $ en 2023-24 ; et de 6,7 milliards $ en 2024-25. 

LA VÉRITÉ, SVP 

Dans le cadre de la présente campagne électorale, il faudrait que le chef conservateur joue franc jeu. 

Si Andrew Scheer ne veut pas renoncer à sa promesse de retour à l’équilibre budgétaire, il faudrait qu’il dévoile sous peu le train de mesures financières qu’il entend mettre en place pour atteindre cet objectif. 

Pour trouver les 16 milliards $ manquants en 2024-25, qu’il nous dise où il coupera dans les programmes fédéraux et qui subira une hausse d’impôts. 

Si, au contraire, Andrew Scheer décide de renoncer à l’équilibre budgétaire, eh bien, qu’il en assume les conséquences et accepte de confirmer la série de déficits budgétaires qu’un gouvernement conservateur enfilera au cours de son « futur » mandat ! 

Pour la période allant de 2020-21 à 2024-25, les déficits accumulés du fédéral passeraient de 71 milliards $ (montant déjà prévu en vertu du dernier budget Morneau) à 96 milliards $ sous un gouvernement Scheer. 

Notez que sous un deuxième gouvernement Trudeau, les déficits accumulés augmenteraient davantage en raison du coût des nouvelles promesses électorales de Justin Trudeau. 

Mais lui, il ne s’en cache pas! 

À moins de trois semaines des élections, il est temps que le chef conservateur Andrew Scheer mette cartes sur table face à son hypothétique retour à l’équilibre budgétaire.