/news/society
Navigation

Roger Taillibert décédé : un homme qui a marqué le Québec

Roger Taillibert
Photo d'archives Roger Taillibert

Coup d'oeil sur cet article

Apprécié et respecté par les uns, honni et dénigré par les autres, le créateur du Stade olympique, l’architecte Roger Taillibert, n’a laissé personne indifférent au Québec. 

Décédé à l’âge de 93 ans jeudi à Paris, le Français a été l’ardent défenseur du célèbre édifice de l’avenue Pierre-De-Coubertin conçu en prévision des Jeux de 1976. 

Roger Taillibert
Photo d'archives, Raynald LeBlanc / Le Journal de Montreal

Particulièrement renommé dans son pays natal pour la construction du Parc des Princes, le domicile du club de soccer Paris Saint-Germain, M. Taillibert s’est retrouvé au centre de l’attention plusieurs fois dans la Belle Province, bien malgré lui.  

ÉCOUTEZ l’entrevue de Pascal Bérubé, chef intérimaire du Parti Québécois, qui a rencontré Roger Taillibert, sur QUB radio:

Roger Taillibert
Photo d'archives, John Taylor / Le Journal de Montreal

À maintes reprises, il a dû «aller au bâton» pour le bâtiment ayant la plus haute tour inclinée du monde (à 165 mètres). Les déchirures du toit initial - rétractable et en Kevlar - constatées à partir de sa mise en place en 1987 et l’effondrement d’une poutre de béton en 1991 avaient fait le tour de la planète. Plusieurs s’interrogeaient sur la pertinence de continuer l’entretien du stade dont les coûts onéreux ont fait rager certains contribuables.   

Roger Taillibert
Photo d'archives AGENCE QMI,TOMA ICZKOVITS

Malgré tout, la classe politique a naturellement fait l’éloge de l’architecte peu après l’annonce de son décès, jeudi.   

«Le Stade olympique est connu aux quatre coins du monde et il nous a donné certains grands moments de notre histoire. Le legs de Roger Taillibert à Montréal est grand», a notamment écrit la mairesse Valérie Plante dans un message diffusé sur Twitter.    

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Michel Labrecque, président-directeur général du Parc olympique à QUB radio:   

«C'est avec tristesse que j'ai appris le décès de M. Roger Taillibert, un architecte visionnaire qui a marqué à jamais le paysage de notre métropole, a pour sa part mentionné la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, par voie de communiqué. Par son œuvre, il a légué au Québec l'un de ses monuments les plus emblématiques : notre Stade olympique, le symbole par excellence de Montréal à l'international.»   

La maison des Expos  

Après la tenue des Jeux, le Stade olympique est devenu la maison des Expos, le fameux club de baseball qui a délaissé le parc Jarry à la fin de la saison 1976. Ils ont joué leurs parties locales dans l’imposant édifice jusqu’à leur départ pour Washington en 2004, attirant souvent des foules supérieures à 50 000 spectateurs à la fin de la décennie 1970 et au début de la suivante. Plusieurs autres événements sportifs et culturels ont aussi marqué l’histoire du Stade olympique au fil des ans.   

Roger Taillibert
Photo d'archives AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS

Ironiquement, Taillibert a quitté ce monde le jour du 15e anniversaire du dernier match de l’histoire des Expos et quelques heures avant que l’homme d’affaires Stephen Bronfman ne présente son projet de futur stade de baseball à l’Office de consultations publiques de Montréal.   

«C’était un homme sûr de lui-même, a résumé le commentateur sportif Rodger Brulotte, qui se souvient d’avoir vu M. Taillibert pour la dernière fois lors de son intronisation au Panthéon des sports du Québec en septembre 2017. Évidemment, le Stade olympique avait été construit pour les Jeux de 1976, mais c’était un peu vaste pour le baseball. Ce qui est surtout dommage, c’est que le concept du toit rétractable, on ne l’a jamais vu.»   

Même s’il ne faisait pas l’unanimité, M. Taillibert adorait le Québec et il avait maintenu un contact étroit avec la Belle Province. Il possédait d’ailleurs une résidence secondaire à Saint-Sauveur-des-Monts, dans les Laurentides, où il faisait de la peinture. Une exposition de ses fresques et dessins, «Taillibert : volumes et dessins» avait d’ailleurs été organisée au Centre d’art Diane-Dufresne de Repentigny jusqu’à dimanche dernier. 

Quelques réalisations de Roger Taillibert :  

  • Piscine de Deauville (France)
    L’architecte français n’avait pas encore 40 ans quand, au milieu des années 60, il a conçu la fameuse piscine de Deauville, qui fut l’un de ses premiers projets en France. 
  • Le Parc des Princes (France)
    L’homme a revampé complètement ce stade de soccer entre 1967 et 1972. Il s’agit du domicile du fameux club de soccer Paris Saint-Germain. 
  • Stade olympique (Canada)
    Au Québec, on le connaît pour son travail sur les installations olympiques de 1976, dont le fameux Stade. La première maquette de cette réalisation avait été dévoilée dès 1972. 
  • Stade Khalifa (Qatar)
    Franchissant de nombreuses frontières au cours de sa carrière, M. Taillibert a imaginé ce grand stade de soccer situé à Doha, au Qatar, dont l’ouverture remonte à 1976. 
  • D’Coque (Luxembourg)
    Infrastructures sportives et aquatiques se côtoient dans ce centre national sportif et culturel. Une maquette audacieuse avait été présentée en 1974, puis la piscine avait vu le jour en 1982.