/misc
Navigation

Et vos «chicanes» à vous, les Trudeau?

Justin Trudeau
Photo Agence QMI, Joël Lemay Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau m’exaspère lorsqu’il relègue les questions constitutionnelles au rang de «vieilles chicanes».

«Ce qu’on entend de M. Blanchet, c’est toujours un rappel de vouloir [sic] créer de la division [...] sortir des chicanes», a-t-il dit entre autres au Face-à-Face de TVA.

Ça me devient insupportable.

En raison d’abord du vocabulaire infantilisant, comme si les revendications à propos de la loi des lois d’un pays n’étaient que de simples querelles de garderie.

Oh, et la «division», c’est banal en démocratie. En achetant un pipeline, en légalisant le cannabis, en chassant Wilson-Raybould, etc., le chef libéral en a créé pas mal de divisions.

Mépris

Du reste, Justin Trudeau est un hyperactif de la réconciliation, de la contrition à l’endroit de toutes les minorités qui ont été blessées par l’État canadien dans le passé. (Excuses sans doute justifiées, je ne remets pas ça en cause.)

Mais quand vient le temps d’aborder les griefs d’une bonne partie des Québécois, Trudeau opte pour le mépris. Il n’est alors plus tellement Justin, mais un minable ersatz de Pierre Elliott.

Pensez au dédain avec lequel il a accueilli le timide effort de Philippe Couillard, en 2018, de peut-être redémarrer quelque chose comme un dialogue sur ce fait incroyable dans une démocratie moderne : un des peuples fondateurs, depuis 37 ans, dit ne pas se reconnaître politiquement dans la Constitution de la fédération.

Sa propre Assemblée nationale l’a dit et redit. Ses partis politiques s’entendent sur ce fait. Des partis fédéraux aussi : Jagmeet Singh et le NPD notamment.

Le rapatriement? René Lévesque osa l’expression «coup d’État» constitutionnel. Brian Mulroney soutint que la Constitution de Trudeau ne valait pas le papier sur lequel elle était écrite.

Les tentatives de réparation (Meech et Charlottetown) ont lamentablement échoué. Entre autres en raison des «chicanes» fomentées par Trudeau père. Et puis... Rien n’a été réglé. Rien! Et on se demande pourquoi le Bloc québécois existe encore!

L’affront de 1982

«Personne ne me parle de ça», martèle Justin.

Et Pierre Elliott Trudeau, entre 1980 et 1982, était-il submergé de demandes de la population de rapatrier la Constitution et de la modifier sans l’accord du Québec?

Non, bien sûr. D’ailleurs, ce qu’il avait promis en 1980? Votez NON et vous aurez du changement, «on met nos sièges en jeu!»

A-t-il réalisé le fédéralisme renouvelé que le chef du Non, Claude Ryan, prônait et que 60 % des Québécois ont appuyé en 1980 en votant Non? Aucunement.

Une autre «chicane» de Trudeau père : celle qui a conduit l’État canadien à suspendre les droits et libertés, à emprisonner 500 personnes sans mandat. Ce terrible geste mériterait des excuses bien senties du fils Trudeau. On sait ce qu’il répondra encore une fois : «vieilles chicanes».

Le message est clair : oubliez les affronts, l’absence de réparation. «Travaillons ensemble selon des règles qu’on vous a imposées.» Une autre manière de dire ce que Pierre Elliott avait lancé aux syndicalistes de la compagnie Lapalme, en 1970 : «Qu’ils mangent donc de la marde.»