/sports/football/alouettes
Navigation

Le dangereux Bo Levi Mitchell

Bo Levi Mitchell
Photo d'archives, Lyle Aspinall Bo Levi Mitchell

Coup d'oeil sur cet article

Lors de la victoire des Alouettes à Calgary le 17 août dernier, il y avait un absent de taille chez les Stampeders: Bo Levi Mitchell. Un quart qui peut changer l’allure d’un match à lui seul.

Mitchell n’a plus besoin de présentation. Le pivot de 29 ans trouve souvent une façon pour amener son équipe à la victoire. Sa fiche de 74-16-2 en 92 départs est là pour le prouver. En carrière contre les Alouettes, il possède un dossier de 6-2.

Samedi, Mitchell sera à son poste. Il en sera à son cinquième match depuis son retour au jeu. Au cours des trois derniers, il a lancé le ballon au moins 40 fois par rencontre. La tertiaire des Alouettes devra donc être alerte.

«C’est sûr que c’est un quart peu différent de Nick Arbuckle (celui que les Alouettes ont affronté lors du premier match entre les deux équipes), a analysé le coordonnateur défensif des Alouettes, Bob Slowik. La balle sort de ses mains très rapidement. Il possède aussi plus d’expérience.

Il est l’un des meilleurs quarts de la LCF. C’est vraiment un gros défi pour nous.»

Mettre de la pression

L’unité défensive montréalaise devra trouver une façon de mettre de la pression sur Mitchell. Si elle y parvient, le quart des Stampeders devra faire ses lectures plus rapidement et il devra se servir de ses jambes pour éviter les sacs.

«C’est compliqué de le faire avec lui, a affirmé Slowik. Après le lever du ballon, il effectue ses passes en moins de trois secondes. Il sait rapidement où il doit faire ses passes notamment lors des situations de courts gains.»

Ce n’est pas un hasard si Mitchell a eu un essai dans la NFL au cours de la saison morte. Il a eu la chance de se faire avec les Jaguars de Jacksonville dont le responsable des quarts est l’ancien entraîneur de la LCF, Scott Milanovich.

Cependant, ce ne fut pas assez concluant. Mitchell est revenu dans la LCF pour signer un nouveau contrat avec la formation albertaine.