/news/currentevents
Navigation

Airbnb irrite toujours plusieurs citoyens à Québec

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – La location de logements via l’application Airbnb donne encore bien des maux de tête aux citoyens de Québec, où un nouveau règlement s’applique depuis cette semaine afin de mieux encadrer cette pratique justement.

Il stipule notamment que les citoyens de la ville ne peuvent pas louer leur appartement sur cette plateforme plus de 90 jours par année.

Chose certaine, bon nombre de personnes devront dorénavant revoir leur façon de faire s’ils ne veulent pas recevoir une amende. Actuellement, plus de la moitié des 3000 logements sur Airbnb à Québec seraient en location plus de 90 jours.

«Certains logements de mon environnement sont occupés par des touristes de façon constante», a confié une dame questionnée par TVA Nouvelles, qui a tenu à garder l’anonymat.

Cette femme, qui habite le Vieux-Québec depuis 1992, dit dénoncer la situation toutes les semaines depuis quatre ou cinq ans.

Mais pour que le nouveau règlement soit respecté, encore faut-il que la Ville en ait les moyens.

Depuis le début de l’année – alors que s’appliquait l’ancien règlement, qui interdisait en théorie complètement la location sur Airbnb – moins d’une dizaine de constats d’infraction ont été remis par mois.

Pourtant, deux inspecteurs ont été embauchés à temps plein par la Ville pour contrôler cette pratique.

Selon la vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Québec, Marie-Josée Savard, il faut détenir de fortes preuves pour intenter les démarches en cour et pour ainsi aboutir à un constat d’infraction.

Une pratique souvent dérangeante

Entre-temps, un couple qui habite le secteur Saint-Jean-Baptiste doit vivre avec un logement Airbnb au-dessus et en dessous de son appartement, suggérant que sa quiétude en est fortement affectée.

«C’est comme si des gens déménageaient toutes les semaines. Il y a des gens qui montent les marches avec des valises à 8 h du matin le week-end. C’est un peu tannant», donne comme exemple le locataire, Jean-Philippe Thiboutot.

En plus du nouveau règlement municipal, le gouvernement québécois obligera bientôt les locateurs à détenir un permis pour s’adonner à ce genre d’activités.