/opinion/blogs/columnists
Navigation

Départ encourageant

Jesperi Kotkaniemi a été impliqué comme jamais, lors du match inaugural du Canadien, jeudi contre les Hurricanes de la Caroline.
Photo d'archives, AFP Jesperi Kotkaniemi a été impliqué comme jamais, lors du match inaugural du Canadien, jeudi contre les Hurricanes de la Caroline.

Coup d'oeil sur cet article

Un match enlevant. Inspirant même. Quand on insiste sur la parité dans la Ligue nationale, le match entre le Canadien et les Hurricanes de la Caroline reflète bien ce que nous réserve la saison 2019-2020.

À un certain moment, jeudi soir, il y avait égalité entre Montréal et la Caroline, entre les Rangers de New York et les Jets de Winnipeg, entre les Penguins de Pittsburgh et les Sabres de Buffalo.

Intensité, rapidité, implication ; si un de ces trois éléments n’appartient pas à l’équation un soir donné, les chances de victoire s’amenuiseront considérablement.

Les Hurricanes et le Canadien ont lutté avec énergie, un match des séries éliminatoires en octobre. C’est bien ça la réalité de la Ligue nationale. Les équipes viennent d’embarquer dans un long et épuisant marathon.

Un départ qu’on entendait avec impatience et qui n’a pas déplu. Certes, Claude Julien aurait souhaité quitter Raleigh avec deux points au lieu d’un, d’autant plus que le Canadien menait 3 à 2 au début de la troisième période.

Mais l’entraîneur et ses adjoints avaient sans doute quelques bonnes notes pour plusieurs patineurs.

Bonne soirée

Cale Fleury a terminé la soirée avec une fiche de -1, mais il a été solide toute la soirée. À un certain moment, Rob Brind’Amour, un entraîneur rusé, a profité de la présence du jeune défenseur pour effectuer un changement pendant que le jeu se déroulait à vive allure et, soudainement, qui apparaît devant Fleury, Sebastian Aho défiant son rival, sans toutefois parvenir à ébranler le jeune homme.

Quant à lui, Nick Suzuki s’est bien comporté, mais il n’a pas été bien servi par son joueur de centre Max Domi, qui n’a pas été très efficace.

Donc, les deux nouveaux venus du CH ont obtenu de bonnes notes.

Drouin répond présent

Comme il le précisait après la rencontre, Julien a apprécié l’effort déployé par Jonathan Drouin. Impliqué dans toutes les facettes du jeu, il a été une menace pour les Hurricanes, entraînant avec lui Jesperi Kotkaniemi, impliqué comme jamais.

Même s’il n’a joué que 12 min 54 s, le jeune centre a été l’un des attaquants qui ont causé le plus de soucis aux défenseurs des Hurricanes. Quant à Drouin, il a géré son match comme il doit le faire, en s’imposant au plan de larapidité et en exploitant son talent.

Et surtout, en démontrant clairement qu’il est le plus talentueux du groupe.

Par ailleurs, un match ne fait pas une saison, dit-on, mais Ben Chiarot semble un compagnon de jeu qui permettra à Jeff Petry, dominant jeudi, de pouvoir relancer l’attaque plus souvent, de se porter en attaque et de prendre quelques risques dans le territoire adverse. Petry a été le joueur le plus en évidence chez le Canadien. Pendant tout ce temps, Chiarot distribuait les mises en échec et il s’appliquait à bien seconder Petry. Un bon duo.

Contre qui les deux défenseurs seront-ils opposés ce soir ?

Parce que le Canadien a rendez-vous avec la puissante machine offensive des Maple Leafs de Toronto. Affronteront-ils Auston Matthews ou encore John Tavares ?

Mete à la bonne place ?

Par ailleurs, on a pu réaliser au cours du match contre les Hurricanes – une équipe impliquée en attaque – que Victor Mete est un petit défenseur courageux, mais peut-il vraiment remplir le rôle qu’on lui confie présentement ?

Peut-il affronter les meilleurs effectifs de l’adversaire parce que le Canadien n’a pas le choix, il doit utiliser Shea Weber dans de telles circonstances ?

Pour l’instant, Weber est limité. Avec les années, il n’est plus le défenseur qui, parfois, transportait la rondelle dans le territoire ennemi. Il doit maintenant s’appliquer à neutraliser les efforts de l’équipe adverse. C’était sans doute dans les priorités de dénicher un défenseur capable de le seconder.

On a embauché Chiarot, mais pour donner plus de latitude à... Petry.

Et Weber ?

 

Des inquiétudes

Quelques observations à la suite du début de saison dans la Ligue nationale.

  • Evgeni Malkin n’a pas tardé à lancer un message clair. Dans un premier temps, il veut faire oublier ses déboires de l’an dernier et, dans un deuxième temps, après la défaite de 3 à 1 des Penguins de Pittsburgh devant les Sabres de Buffalo, il a déclaré : « Ça devrait nous servir comme une sonnette d’alarme. » Il a raison de soulever des inquiétudes. Les Penguins ont été éliminés rapidement au premier tour, le printemps dernier, et la direction n’a pas amélioré l’unité défensive de sorte qu’on se demande si cette équipe pourra accéder aux séries éliminatoires.
  • Milan Lucic s’est vit fait remarquer avec sa nouvelle équipe, les Flames de Calgary. Il a servi quelques coups de poing au visage de Nikita Zadorov, de l’Avalanche du Colorado, ce dernier n’étant aucunement intéressé à jeter les gants devant le joueur des Flames. Au bout du compte, Lucic a été chassé à la 16e minute de jeu de la deuxième période. Les Flames ont perdu 5 à 3. Pas très brillant. L’Avalanche a marqué en supériorité numérique et Mikko Rantanen a terminé la soirée avec deux buts.
  • Quelle soirée pour Mika Zibanejad ! Un but, trois aides et un différentiel de +4. Artemi Panarin a obtenu un but et une passe. Bref, les Rangers de New York, qui ont battu les Jets de Winnipeg 6 à 4, risquent d’embêter bien des formations. Reste à savoir si Henrik Lundqvist a encore toutes les ressources pour donner du lustre à une brigade défensive complètement transformée.