/world/europe
Navigation

Il fraude des fraudeurs sur internet pour une œuvre caritative

Coup d'oeil sur cet article

Un étudiant irlandais a réussi à frauder une arnaque par internet en demandant aux fraudeurs de lui envoyer de l’argent.

Ross Walsh, 22 ans, connaît très bien le principe de l’arroseur arrosé, puisqu’il a fait croire à un fraudeur qu’il devait lui envoyer de l’argent pour débloquer des fonds qu’il était prêt à leur envoyer en retour.

Le courriel qu’il avait reçu lui proposait d’investir dans une entreprise de courtage à hauteur de 1000 £ (1600 $) en échange de lucratifs – et inexistants — profits. Il a alors répondu qu’il voulait investir 50 000 £ (80 000 $), mais que les escrocs devaient d’abord lui envoyer 25 £ (40$) pour débloquer les fonds.

«J’ai répondu que c’était une offre très intéressante, mais que je pensais que 1000 £ était une insulte et que je voulais donner 50 000 £», a-t-il raconté à la BBC.

L’étudiant de l’université de Limerick en a profité cette fois-ci pour corser les choses, en demandant aux arnaqueurs d'adopter un langage codé fondé sur son sport favori, le hurling – un sport traditionnel gaélique —, lorsqu'ils échangeaient des messages au cours du mois de septembre.

«Je veux leur faire perdre du temps pour qu’ils ne fassent plus perdre du temps aux autres», a-t-il indiqué.

Ross Walsch a indiqué avoir falsifié une capture d’écran pour faire croire à «Solomon Gundi», le nom utilisé par la fraude, qu’il était un banquier de grandes entreprises doté d’un capital important à investir.

Il a ensuite envoyé un reçu trafiqué d’une valeur de 50 000 £, en ajoutant que les fraudeurs devaient d’abord déposer un petit montant d’argent pour éviter les protections antifraude de sa banque.

«J’ai dit qu’ils refusaient de débloquer les fonds à moins de voir une petite somme d’argent provenir du compte vers le mien pour prouver qu’il ne s’agit pas d’une escroquerie. Ils sont tombés dans le panneau», a-t-il expliqué.

Ross Walsch a reversé les 25 £ à la Société du cancer irlandaise et n’en était pas à son coup d’essai, puisqu’il s’agit de la troisième fois qu’il réussit son coup.

«Si je continue à recevoir ces courriels, je vais continuer à m’essayer», a-t-il prévenu.