/opinion/columnists
Navigation

Scheer et l’Opus Dei

Coup d'oeil sur cet article

J’ai écrit jeudi que plusieurs personnes avaient de la difficulté à croire Andrew Scheer lorsqu’il disait ne pas vouloir rouvrir le débat sur l’avortement, parce qu’il ressemblait à un membre de l’Opus Dei. 

Cela m’a valu les remontrances d’une lectrice. 

«Il ne faut jamais juger les personnes selon leur look», m’a-t-elle dit. 

L’HABIT FAIT LE MOINE 

La dame a raison, bien sûr. 

Ce n’est pas parce qu’on s’habille comme un curé qu’on pense comme un curé. 

Mais il semble que pour le chef du Parti conservateur, l’habit fait bel et bien le moine. 

En effet, en mai 2010, Andrew Scheer, alors député de la Saskatchewan et président suppléant de la Chambre des communes, a organisé une rencontre entre une vingtaine de députés (la majorité des conservateurs) et monseigneur Frederick Dolan, le vicaire de l’Opus Dei au Canada. 

Hélène Buzzetti du Devoir a d’ailleurs publié un long texte sur cette rencontre, dont en voici des extraits. 

«L’Opus Dei est une association controversée de laïcs catholiques faisant partie de l’Église. De stricte obédience papiste, il s’agit d’un groupe ultraconservateur. Il suscite la méfiance du fait de son caractère secret : les membres sont invités à ne pas révéler leur affiliation. On y encourage les pratiques de mortification, notamment la flagellation et le port du cilice (ceinture de crin), deux heures par jour. 

«L’Opus Dei, qui pousse ses membres à poursuivre des études supérieures pour ensuite se mêler aux élites, est parfois accusée de soutenir des gouvernements d’extrême droite. Elle compterait environ 85 000 membres dans le monde, dont environ 600 au Canada.» 

Inutile de dire que l’Opus Dei considère l’avortement non seulement comme un péché, mais comme un crime. 

UN PRO-VIE ZÉLÉ? 

Qu’un chef de parti soit personnellement pro-vie est une chose. 

Ça ne veut pas dire qu’il cherche à imposer ses convictions à tout le monde. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Mais Scheer ne se contente pas d’être pro-vie tout seul dans son coin. Il a organisé une rencontre entre des députés et le représentant d’un groupe religieux hyper conservateur! 

Il y a un mot pour ça : prosélytisme. 

C’est-à-dire : tenter de susciter l’adhésion d’autres personnes à sa foi. 

Ou, comme le définit l’Encyclopédie Universalis : «Zèle déployé pour attirer de nouveaux adeptes, pour propager une doctrine.» 

L’homme essaie de recruter d’autres membres! Il essaie d’embarquer d’autres politiciens dans sa bande! 

L’Opus Dei ne se contente pas d’être contre l’avortement. 

Ce mouvement religieux (qui compte des profs dans ses rangs, de même que des politiciens et des gens d’affaires) lutte bec et ongles contre l’avortement, il utilise l’influence que peuvent avoir ses membres dans leur milieu pour faire la promotion du mouvement pro-vie. 

UNE SECTE 

Je connais quelqu’un qui a fait partie de l’Opus Dei pendant de nombreuses années. Je peux vous le dire d’expérience, l’Opus Dei n’est pas une simple association de croyants. 

C’est exactement comme dans une secte où l’on exerce un contrôle malsain sur les membres. 

La personne que je connais, qui occupait un poste important dans la communauté, devait donner 80 % de son salaire à l’Opus Dei. Elle ne pouvait pas aller au cinéma ou regarder la télévision seule. 

Et c’est le représentant de cette organisation qu’Andrew Scheer a invité? 

Inquiétant.