/news/society
Navigation

Un palais de justice «hanté» pourrait être votre résidence

Si les bruits étranges et les phénomènes paranormaux ne vous effraient pas trop...

palais de justice
Photo courtoisie L’ancien palais de justice de L’Assomption, dans Lanaudière, est considéré comme monument historique depuis 1973.

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez toujours rêvé d’acquérir une propriété hantée? Voici votre chance, à moins d’un mois de l’Halloween, d’acheter un vieux palais de justice qu’on dit habité par un esprit.  

Le vieux palais de justice de L’Assomption, dans Lanaudière, est à vendre pour un peu plus d’un demi-million de dollars.    

Selon le fils de sa proprio, Marc-Antoine Jussaume, la bâtisse de 1194 m2 (12 800 pi2) sera bientôt affichée à 550 000 $.    

Situé au bord de la rivière L’Assomption, ce bâtiment a été construit en 1811. Il est devenu un hôtel de ville en 1857 avant d’être classé monument historique en 1973. Il a la réputation d’être le théâtre de phénomènes paranormaux.   

Curieuse de savoir si des spectres s’y manifestaient, notre équipe numérique a visité les lieux, il y a deux ans. Elle avait été témoin d’apparitions.    

Des chasseurs de fantômes ont aussi rapporté avoir découvert ce qui s’y cache. Leur conclusion ? Les murs seraient habités par l’esprit d’un déserteur qui tentait d’échapper à la conscription lors de la Première Guerre mondiale, entre 1914 et 1918.    

Messes noires  

Cette présence serait expliquée par la tenue de messes noires et d’autres activités occultes, avant son rachat, en 1986.    

Me Antoine Mayrand, père de la propriétaire actuelle Françoise Mayrand, en avait fait l’acquisition avec l’aide de l’ancien premier ministre Jacques Parizeau et de l’ex-maire de Repentigny Jacques Dupuis.    

Outre sa vocation de cour de justice, l’édifice a notamment servi de bureau d’enregistrement, de magasin La Baie, d’hôtel de ville et de clinique externe. Des familles y ont aussi résidé.    

Le vieux palais accueille aujourd’hui un centre culturel et communautaire, une boîte à chansons ainsi qu’un gîte. Il attire par le fait même son lot d’adeptes du bizarre.    

Endroit sympathique  

La semaine dernière encore, M. Jussaume dit avoir été témoin d’une scène inusitée.    

«Durant un mariage, une porte retenue par un [butoir] s’est refermée devant nos yeux, malgré le poids.»    

Selon lui, ces histoires sont courantes. Mais il tient à rassurer les acheteurs potentiels sur le fait que l’endroit n’a «rien de méchant».    

«Ce n’est pas parce qu’on dit “hanté” que ça veut dire “morbide”. C’est hanté... sympathique», sort-il à la blague.    

Si la vétuste bâtisse n’a rien d’épeurant, alors pourquoi est-elle à vendre ?    

«On est en grosses difficultés financières, indique M. Jussaume. On essaie de sauver ce lieu historique du mieux qu’on peut.»   

Petite histoire    

1811-1812   

  •  Construction de la bâtisse    

1842-1979   

  •  Bureau d’enregistrement du comté de Leinster    

1844-1929   

  •  Cour de comté (tribunal inférieur de la Cour supérieure du Québec)    

 1857-1929   

  •  Hôtel de ville de L’Assomption     

 1857-1979   

  •  Maison de comté et centre communautaire    

 1970-2001   

  •  Hôte de plusieurs longs métrages et documentaires     

 2019   

  •  En vente au coût de 550 000 $