/sports/soccer/impact
Navigation

Une vague d’amour pour Ignacio Piatti

Personne ne sait s’il sera de retour avec l’équipe l’an prochain

MATCH-DE-IMPACT-CONTRE-NEW-YORK-REDBULL
Dominick Gravel/Agence QMI Maximiliano Urruti a servi une chaleureuse accolade à Nacho Piatti vers la fin de la partie dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

Les joueurs de l’Impact ont fait une bonne vieille bascule à Nacho Piatti au centre du terrain après le match de dimanche.

Comme tout le monde, ils ne savent pas ce qu’il adviendra de leur coéquipier alors ils ont voulu le saluer à leur façon : il a quitté le match sous une ovation debout à la 84e minute.

« On ne sait rien du tout, a assuré Saphir Taïder. On a voulu le remercier, ce n’est pas nous qui décidons, on a voulu prendre le maximum de plaisir avec lui puisque c’est l’un des plus anciens ici. »

Orji Okwonkwo a été un des joueurs parmi les plus intenses dans le camp de l’Impact contre les Red Bulls de New York au Stade Saputo dimanche.
Photo Reuters
Orji Okwonkwo a été un des joueurs parmi les plus intenses dans le camp de l’Impact contre les Red Bulls de New York au Stade Saputo dimanche.

Samuel Piette a salué la réaction des 15 022 amateurs, qui se sont tous levés d’un bond quand on a annoncé que Piatti cédait sa place à Shamit Shome en fin de rencontre.

« La réaction des fans a été super, même la nôtre. Nacho a fait tellement pour ce club-là. Si c’était son dernier match, je pense qu’on l’a bien remercié.

« Évidemment, je veux le revoir, je pense que tout le monde veut le revoir. Il y a une année d’option pour la saison prochaine, mais on n’a pas pris de risque, on s’est tous rassemblés autour de lui au cas où ç’aurait été son dernier match. »

Audition

L’Impact a disputé son meilleur match depuis très longtemps, dimanche, même si celui-ci était sans signification pour l’équipe, qui était déjà exclue des séries éliminatoires.

« C’est peut-être l’une des meilleures [parties] de la deuxième moitié de saison, on n’a pas spécialement concédé d’occasion et on en a créé pas mal, a soutenu Taïder. On a réussi à mettre trois buts, mais on aurait pu en mettre plus. »

Le Finlandais Jukka Raitala, de l’Impact, en avait long à dire à l’officiel après avoir été bousculé par un rival des Red Bulls de New York.
Photo Agence QMI, Dominick Gravel
Le Finlandais Jukka Raitala, de l’Impact, en avait long à dire à l’officiel après avoir été bousculé par un rival des Red Bulls de New York.

La présence du nouveau directeur sportif, Olivier Renard, n’était peut-être pas étrangère à cette performance puisque certains sentent sans doute qu’ils ont un poste à perdre ou à protéger.

« C’est que ç’a peut-être un petit impact sur certains joueurs. M. Renard est maintenant notre nouveau patron, alors on est un peu en audition », a reconnu Samuel Piette.

Rencontre

Piette a d’ailleurs eu une rencontre avec Renard puisqu’il doit rejoindre l’équipe canadienne cette semaine et qu’il n’aura pas le temps de rencontrer son nouveau patron en même temps que tout le monde.

« Il est au courant de ma situation, je lui ai donné le numéro de mon agent. C’était plus une rencontre pour apprendre à se connaître, avoir mes impressions sur le club.

« C’est un environnement nouveau pour lui, il avait quelques questions et en tant que leader, j’avais des réponses pour lui. »

Le gardien de l’Impact Clément Diop s’est assuré de bien retenir le ballon devant Michael Amir Murillo, des Red Bulls de New York.
Photo Reuters
Le gardien de l’Impact Clément Diop s’est assuré de bien retenir le ballon devant Michael Amir Murillo, des Red Bulls de New York.

Même s’il considère que la rencontre était une forme d’audition pour certains, Piette croit qu’il est trop tôt pour savoir ce que l’avenir va réserver à tout le monde.

« Je sais qu’il y a beaucoup de points d’interrogation avec l’arrivée du nouveau directeur sportif. Je l’ai rencontré, mais je ne connais pas sa mentalité, je ne connais pas le genre de joueur qu’il aime et qu’il veut avoir dans son club.

« Je ne pense pas que les joueurs ont la tête à se demander s’ils vont revenir ou non la saison prochaine, ils veulent plus se déconnecter un peu, recharger les batteries et prendre du temps avec leur famille. »

Dimanche, Evan Bush était encore une fois confiné au banc alors que l’arrière Daniel Lovitz ne faisait même pas partie de l’alignement de 18 joueurs. Voilà un message fort.