/world/pacificasia
Navigation

Xi et Kim célèbrent l’amitié «immortelle» entre la Chine et la Corée du Nord

Xi Jinping
Photo d'archives, AFP Xi Jinping

Coup d'oeil sur cet article

Pékin | Le président chinois Xi Jinping a loué la relation « durable, saine et stable » entre la Chine et la Corée du Nord, a annoncé dimanche l’agence officielle Chine nouvelle, alors que les deux pays célèbrent le 70e anniversaire de leurs relations diplomatiques.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a lui aussi envoyé un message à M. Xi, dans lequel il déclare que « l’amitié invincible » entre les deux pays « sera immortelle sur la voie de l’accomplissement de la cause du socialisme », a indiqué dimanche l’agence officielle nord-coréenne, KCNA.

La Corée du Nord a été l’un des premiers pays à reconnaître la République populaire de Chine après sa fondation en 1949.

La relation entre les deux voisins asiatiques a joué « un rôle important et positif dans le maintien de la paix et de la stabilité régionales », a déclaré M. Xi, cité par Chine nouvelle.

Depuis mars 2018, MM. Xi et Kim se sont rencontrés cinq fois.

Xi Jinping a été le premier leader chinois en 14 ans à se rendre en Corée du Nord, lors d’une visite hautement symbolique en juin.

Selon KCNA, M. Kim a déclaré que les deux pays allaient « défendre constamment la cause du socialisme et préserver la paix et la stabilité de la péninsule de Corée et du monde ».

Les paroles chaleureuses venues de Pékin arrivent deux jours après un gigantesque défilé militaire organisé pour célébrer le 70e annniversaire de la fondation de la Chine communiste, et le lendemain de la fin en Suède de nouvelles discussions entre les États-Unis et la Corée du Nord sur le nucléaire nord-coréen.

Pyongyang a déclaré que les discussions de Stockholm avaient échoué. Les États-Unis « nous ont énormément déçus », a déclaré à la presse l’émissaire nord-coréen Kim Myong Gil. Mais Washington a assuré avoir eu « de bonnes discussions » avec les Nord-Coréens.

Les pourparlers de Stockholm ont été précédés par des mois de stagnation qui ont suivi la rencontre en février entre M. Kim et le président des États-Unis Donald Trump. Ils sont intervenus au lendemain d’un tir d’essai par Pyongyang d’un missile balistique lancé depuis un sous-marin.