/misc
Navigation

Trump, Poutine et les espions US au Kremlin

Vladimir Poutine, ex-agent du KGB
Photo AFP Vladimir Poutine, ex-agent du KGB

Coup d'oeil sur cet article

Trump a discuté avec Poutine de questions tellement incriminantes que ses avocats ont enlevé la conversation téléphonique et sa transcription des archives de la Maison-Blanche. Comme son appel téléphonique avec le président ukrainien, cet échange a été placé sur un serveur ultra-secret utilisé pour les informations classifiées particulièrement sensibles. Dans l’enquête en vue de sa destitution, le Congrès va vouloir avoir accès à ces conversations. Celle avec Poutine pourrait peut-être faire la lumière sur une autre affaire mystérieuse liant Trump au Kremlin. 

CNN et le New York Times ont révélé récemment que les dirigeants des services de renseignements américains, préoccupés par les relations trop étroites entre Trump et Poutine, avaient décidé en 2017 de mettre un terme à la mission de leur agent secret dans l’entourage de Poutine Oleg Smolenkov et de lui donner refuge avec sa famille aux États-Unis. La CIA voulait les protéger des indiscrétions possibles de Trump.   

Et Smolenkov ne semble pas avoir été la seule taupe de la CIA proche de Poutine. Son exfiltration avant que les Russes découvrent sa trahison lui a sauvé la vie. Dans le cas d’une autre source d’information sur Poutine, l’affaire s’est terminée avec «préjudice extrême» (la mort) pour l’individu soupçonné d’espionnage. 

Le 26 décembre 2016, quelques mois avant la fuite de Smolenkov, un ancien cadre supérieur du KGB, le général Oleg Erovinkine, a été trouvé mort par son chauffeur sur le siège arrière de sa Lexus dans un stationnement de Moscou. Des agents du FSB (service secret qui a succédé au KGB) sont immédiatement arrivés sur les lieux. L’agence officielle RIA Novosti a rapporté que son corps a été envoyé au FSB pour autopsie, une procédure tout à fait inhabituelle. Rapidement, l’information selon laquelle Erovinkine avait succombé à une crise cardiaque a circulé. 

Considéré comme «le gardien des secrets du Kremlin», Oleg Erovinkine était l'un des principaux collaborateurs d'Igor Setchine, un proche de Poutine. Il servait d'intermédiaire entre les deux hommes. Setchine, ex-vice-premier ministre, est maintenant à la tête de Rosneft, la compagnie pétrolière publique. 

Le mystère et l’enquête secrète entourant sa mort s'expliqueraient par le rôle qu'Erovinkine aurait joué dans la transmission d’informations sur des dossiers compromettants que Moscou détiendrait sur Donald Trump, dont des transactions financières pendant près d'une décennie avec des proches de Poutine. 

Oleg Erovinkine aurait été la principale source de renseignements de Christopher Steele l’ancien agent du MI6 britannique auteur d’une enquête sur les activités de Trump en Russie. Steele a commis l’erreur fatidique de mentionner dans un rapport de renseignement qu'une de ses sources était proche de Setchine. Selon Christo Grozev, un spécialiste des questions russes du Risk Management Lab, Poutine avait ce dossier sur son bureau, lorsqu’Erovinkine est mort en 2016. Deux autres membres du FSB ont été accusés de trahison dans le cadre de cette affaire.  

La Russie de Poutine est aussi implacable que la vieille Union soviétique pour ce qui est de punir ceux qui la trahissent. Souvenez-vous de la tentative d’assassinat en Grande-Bretagne, en 2018, à l’aide du neurotoxique Novitchok, du transfuge russe Sergueï Skripal, ex-GRU, et de l’élimination à Londres en 2006 d’Alexandre Litvinenko, un autre espion russe passé au service des Anglais. Il fut assassiné à l’aide de polonium-210 radioactif dissout dans son café au lait. 

Les services secrets russes perfectionnent aussi des techniques d’assassinat indétectables. Outre le cas suspect d’Oleg Erovinkine, une taupe russe au sein de la GRC aurait pu aussi en avoir été la victime. Gilles Brunet, un ex-cadre de la GRC, est mort d’une crise cardiaque en 1984 la veille du jour où il devait rencontrer des enquêteurs du contre-espionnage qui le soupçonnaient de travailler pour Moscou. J’ai consacré deux balados à cette affaire sur QUB radio.