/news/elections
Navigation

Débat: la question d’une modératrice provoque un tollé

Althia Raj
Photo d'archives, Agence QMI Althia Raj

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – La question d’une des modératrices du débat en anglais de lundi suscite une vive controverse au Québec où plusieurs personnes s’interrogent sur l’orientation de sa question dans le segment sur la laïcité.

S’adressant au chef néo-démocrate Jagmeet Singh, la journaliste et chef de bureau du HuffPost Canada à Ottawa, Althia Raj, a dit ceci en anglais:

«Votre campagne porte sur le courage, mais vous n’avez pas montré le courage de lutter contre la loi discriminatoire du Québec. Elle interdit aux personnes qui, comme vous, portent des symboles religieux d’exercer certains emplois dans la province. Si vous étiez premier ministre, autoriseriez-vous une autre province à discriminer ses citoyens? [...] Ne placez-vous pas les intérêts de votre parti au Québec au-dessus de vos principes et des droits égaux de tous les citoyens?»

Depuis, l’utilisation du mot «discriminatoire» a provoqué un tollé, déclenchant de vives réactions de la part de plusieurs analystes, chroniqueurs et internautes.

En après-midi, Althia Raj a réagi à la polémique dans un message publié sur son compte Twitter, dans lequel elle écrit: «Ma question à M. Singh semble avoir dérangé quelques personnes au Québec...»

«1) Le français, c'est ma langue maternelle. 2) La loi est discriminatoire. Si vous ne le pensez pas, demandez-vous pourquoi. 3) Le tirage au sort a désigné Singh. La question aurait pu être posée à May, Trudeau, Scheer», a poursuivi Mme Raj pour défendre son choix de termes.

Althia Raj est l’une des cinq journalistes qui a animé et modéré le débat en anglais organisé par le consortium des médias. Elle s’était déjà attiré les foudres du Bloc québécois en partageant un message de la formation souverainiste qui parlait «des femmes et des hommes qui vous ressemblent, qui partagent vos valeurs, qui portent vos préoccupations et qui travaillent pour vos intérêts». Elle avait traduit le message en écrivant "From the Bloc: ... Opt for women and men who look like you..."

Mardi, le chef bloquiste Yves-François Blanchet a ajouté sa voix au concert des critiques. «Sa question était indigne, comme son tweet mercredi dernier», a-t-il indiqué sur Twitter.