/news/currentevents
Navigation

Femme enceinte tuée devant le CHUL: Insouciance répétée et témérité

Le jeune conducteur qui avait happé une femme enceinte, coupable de négligence criminelle causant la mort

Coup d'oeil sur cet article

En prenant la décision de conduire son véhicule, le 10 août 2016, un jeune homme de 25 ans a agi « égoïstement » et il a « menti » à ses proches, a estimé un juge qui l’a trouvé coupable de négligence criminelle causant la mort d’une femme enceinte de 40 semaines, à Québec.

Jonathan Falardeau-Laroche a notamment été reconnu coupable de négligence criminelle causant la mort.
Photo Stevens LeBlanc
Jonathan Falardeau-Laroche a notamment été reconnu coupable de négligence criminelle causant la mort.

C’est devant les membres de la famille de Marie-Pier Gagné, à qui il a arraché la vie il y a un peu plus de trois ans, que Jonathan Falardeau-Laroche a écouté, tête baissée, le magistrat Pierre Rousseau rendre son jugement.

La famille de Marie-Pier Gagné semblait satisfaite que justice ait été rendue au sortir de la salle d’audience.
Photo Stevens LeBlanc
La famille de Marie-Pier Gagné semblait satisfaite que justice ait été rendue au sortir de la salle d’audience.

Ce dernier a souligné que le jour des tristes événements, le jeune conducteur épileptique s’était montré « insouciant et téméraire à l’égard de la vie et de la sécurité d’autrui ». 

Mensonge

« Afin de lui permettre de conserver son emploi, il ment à son entourage [...] il se ment à lui-même, croyant être capable de maîtriser, par miracle, ses absences occasionnées par son épilepsie », a dit le juge Rousseau.

Il a également rappelé que le jeune accusé avait omis d’informer son neurologue, le Dr Michel Sylvain, d’un accident survenu en décembre 2015 et de ses absences « répétées » à son lieu de travail. 

« Il ne tient pas compte des avis de ses collègues qui, forts des aveux de l’accusé et des crises dont ils sont témoins, le supplient de ne pas conduire, vu son état qui entraîne chez lui des pertes de conscience, des pertes de contacts avec la réalité », a-t-il ajouté. 

« Il est certain que l’accusé n’a pas voulu les conséquences qui découlent de sa décision de prendre le volant [...], mais il demeure qu’il ne se souciait pas des conséquences », a conclu le juge avant de trouver l’accusé coupable de négligence criminelle causant la mort et de négligence criminelle causant des lésions corporelles. 

Enceinte de 40 semaines

Rappelons que l’accident est survenu alors que Falardeau-Laroche sortait du Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL) à la suite d’une rencontre avec son neurologue. 

Marie-Pier Gagné
Photo Simon Clark et courtoisie
Marie-Pier Gagné

Enceinte, la victime de 27 ans venait quant à elle de quitter le CHUL et se trouvait sur un passage piétonnier du boulevard Laurier lorsqu’elle a été frappée et « violemment projetée dans les airs ». In extremis, les médecins ont réussi à sauver la petite fille de la victime en pratiquant sur la maman une césarienne d’urgence.

En décembre, les parties reviendront devant le tribunal puisque l’avocat de la défense, Me Simon Roy, a demandé la confection d’un rapport présentenciel.

— Avec la collaboration de Nicolas Saillant

Ce qu'ils ont dit:

« Même s’il faut se montrer empathique à l’égard d’un jeune homme qui se trouve atteint d’épilepsie depuis sa jeune enfance, il n’en demeure pas moins que ce dernier n’a pas à faire en sorte de ne pas se soucier de la sécurité et de la vie d’autrui. »  —Le juge Pierre Rousseau

« Sans vouloir me prononcer pour elle, je peux dire que la famille semble satisfaite du jugement rendu et que la justice criminelle ait reconnu la responsabilité de l’accusé. » —Me Thomas Jacques, procureur de la Couronne