/news/elections
Navigation

Immigration: Scheer très critique de la gestion de Trudeau

Immigration: Scheer très critique de la gestion de Trudeau
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le chef conservateur Andrew Scheer estime que la mauvaise gestion de son rival libéral Justin Trudeau a miné la confiance des Canadiens en matière d’immigration.

De passage mercredi dans le secteur de Saint-Bernard-de-Lacolle, près de la frontière canado-américaine, le chef conservateur a dévoilé plusieurs mesures qu’il compte mettre en oeuvre s’il était porté au pouvoir.

Entre autres, il promet de discuter avec Québec pour modifier l’Accord Canada-Québec sur l’immigration, de s’occuper en priorité de ceux qui demandent à venir au Canada par les voies appropriées, en particulier avec le programme de réunification des familles.

Les conservateurs promettent d’embaucher 250 agents additionnels à l’Agence des services frontaliers. Ils veulent aussi accélérer le processus d’immigration et rendre moins attrayant le fait d’entrer au Canada illégalement en envoyant des juges de la Commission de l’immigration et du statut de réfugié aux points de passages illégaux.

«Comme premier ministre, je vais agir pour rétablir la confiance dans le système et assurer que le système d’immigration du Canada traite en priorité ceux qui ont le plus besoin de notre aide», a-t-il dit.

Par ailleurs, le chef conservateur a soutenu sans expliquer en détail que les niveaux d’immigration doivent être basés sur les besoins économiques et non sur des motivations politiques.

Il s’est aussi engagé à éliminer l’échappatoire sur les tiers pays sûrs précisant que c’était dans l’intérêt des deux pays. En vertu de l’Entente sur les tiers pays sûrs entre le Canada et les États-Unis, les demandeurs d’asile ayant déjà réclamé le statut de réfugié depuis les États-Unis ne peuvent pas le faire au Canada. Une telle règle ne s’applique toutefois qu’aux migrants entrant au pays par des postes frontaliers officiels.

Le système fonctionne, dit Trudeau

En campagne en Ontario, le chef libéral a assuré de son côté que le système d’immigration fonctionne, soutenant qu’il n'y avait ni passe-droit ni raccourci.

«Je pense que c’est important que les gens voient les infrastructures et les mesures qu’on a établies pour qu’on puisse continuer d’appliquer dans son intégralité le système d’immigration tel qu’il existe au Canada», a fait savoir Justin Trudeau.

Selon ce dernier, «quiconque arrive au Canada, que ce soit de façon régulière ou irrégulière» doit passer par le même processus d’immigration, notamment les vérifications de sécurité.

M. Trudeau a également salué la collaboration avec Québec.

«Je dois reconnaitre que [...] le gouvernement du Québec et évidemment les résidents de Roxham Road, qui ont été affectés par cette nouvelle réalité, ont été des partenaires extraordinaires pour qu’on puisse assurer qu’on continue à avoir un système d’immigration intègre qui s’applique à tout le monde», a-t-il ajouté.