/investigations
Navigation

Investissement Québec: l’organigramme est à nouveau porté disparu

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon a promis la transparence sur ses effectifs, Investissement Québec (IQ) a une fois de plus fait disparaître son organigramme de son site internet, a constaté notre Bureau d’enquête.

IQ avait retiré ces informations une première fois au printemps 2018. Cette décision avait été prise alors que le nombre de cadres de la société d’État avait explosé. La ministre de l’Économie d’alors, Dominique Anglade, avait dénoncé la disparition de l’organigramme et réclamé plus de transparence. Ces informations étaient ensuite réapparues sur le site internet d’IQ.

En constante évolution...

Au beau milieu de l’été, la société d’État, qui traverse une importante restructuration, a décidé une nouvelle fois de retirer son organigramme.

Une porte-parole d’IQ, Isabelle Fontaine, a expliqué que cette décision a été prise en raison des « mouvements qui s’opèrent au sein de la structure d’Investissement Québec, en lien avec le changement du modèle d’affaires de la société proposé par le gouvernement du Québec ».

« L’organigramme de la société est en constante évolution, a-t-elle répondu récemment par courriel. Il a donc temporairement été retiré du site internet. »

Questionnée sur le moment où l’organigramme sera de retour, Mme Fontaine a indiqué que ce sera le cas « au cours des prochaines semaines ».

« L’organigramme a été retiré à la mi-août et sera remis en ligne vers le début du mois de novembre, lorsque les postes de première ligne seront pourvus », a-t-elle précisé.

En prévision de la fusion d’une partie de son ministère à IQ, M. Fitzgibbon a accordé à la société le privilège de cesser de se conformer à la majorité des articles de la loi sur le contrôle des effectifs.

Récemment, le ministre a expliqué que le nombre d’employés d’IQ augmentera. Il a également répété son engagement à garantir la transparence de la société d’État quant à ses effectifs et à ses retombées économiques.