/opinion/columnists
Navigation

Le mépris du Québec

Althia Raj
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Il y a eu une déclaration choquante, aberrante et scandaleuse au débat des chefs en anglais. Une prise de position déplorable, qui doit être dénoncée. Mais ce n’est pas un chef de parti qui l’a échappée. C’est une journaliste.

Althia Raj est la chef du bureau parlementaire d’Ottawa pour le HuffPost. Elle était l’une des cinq modératrices dans le débat cacophonique organisé par le consortium des médias. C’est elle qui a présenté le segment qui s’intéressait à la fameuse loi 21.

Question tendancieuse

Elle devait donc effectuer un court préambule, poser une question de départ pour ensuite laisser les chefs débattre entre eux. Elle a plutôt choisi d’y aller d’une question pathétiquement tendancieuse.

Je me permets une traduction libre de son propos: «Monsieur Singh, vous parlez de la notion de courage dans votre campagne, mais vous n’avez pas trouvé le courage de vous battre contre la loi discriminatoire du Québec... Si vous devenez premier ministre, allez-vous laisser d’autres provinces discriminer leurs citoyens ? Est-ce que vous favorisez les intérêts de votre parti au Québec au détriment de vos valeurs et des droits des citoyens?»

C’est carrément odieux. Cette journaliste est censée être une modératrice. Son rôle est de poser des questions, de discipliner les chefs et de maintenir l’ordre. Bien sûr, cela ne veut pas dire que les questions doivent être faciles. Au contraire. D’ailleurs, Pierre Bruneau a fait la démonstration la semaine dernière qu’il y a moyen d’être incisif, tout en étant juste et objectif.

Or, Althia Raj a laissé transparaître son opinion (quel euphémisme !), en plus de faire preuve d’un mépris hors du commun envers le gouvernement du Québec et de la vaste majorité de Québécois qui soutient la loi 21.

Pas la première fois

Pour cette journaliste, il semblerait que tout ce qui touche la laïcité ou le nationalisme québécois est sale. À preuve, c’est elle qui a déformé les propos tenus par Yves-François Blanchet à la fin du Face-à-Face de TVA. Alors que le chef bloquiste avait invité les électeurs à opter «... pour des femmes et des hommes qui vous ressemblent, qui partagent vos valeurs, qui portent vos préoccupations et qui travaillent pour vos intérêts, pour les intérêts des Québécois», madame Raj avait plutôt laissé entendre en anglais que le Bloc invitait les gens à voter pour des gens qui leur ressemblent... physiquement!

Comme si le Bloc jouait la carte des Québécois blancs. C’est totalement ridicule.

En clair, Althia Raj incarne à merveille le mépris qu’une certaine élite canadienne éprouve envers les valeurs québécoises. Je persiste à croire que les Canadiens ne se réveillent pas le matin pour dénoncer la laïcité et que nombreux sont ceux qui partagent notre vision.

Mais quand une journaliste profite d’une tribune d’exception pour prendre position de la sorte, on peut comprendre que bien des gens ne se sentent pas très Canadian. Même moi, ça me donne presque envie de devenir souverainiste.