/opinion/columnists
Navigation

Les engagements de Blanchet

Les engagements de Blanchet
Photo POOL AFP

Coup d'oeil sur cet article

Jusqu’à ce jour, le chef du Bloc, Yves-François Blanchet, réussit sa campagne. Son discours se tient, sa performance dans les débats a impressionné, et de surcroît, les astres sont alignés. Les probabilités sont bonnes que le caucus du Bloc comptera pas mal plus que les dix députés actuels.

Ce scénario favorable forcera le chef bloquiste à répondre à des questions sérieuses d’ici le jour du scrutin. Comment utiliserait-il le pouvoir et les ressources mises à sa disposition advenant qu’il se retrouve avec un solide caucus de 25 ou 30 députés ?

Jolies promesses

Chose comique, le Bloc a pris une pléthore d’engagements sur des matières qu’il ne contrôlera jamais. Le Bloc propose de hausser les pensions de vieillesse ! Il promet des autobus scolaires électriques ! Il promet de rehausser le budget du Conseil des arts ! Le Bloc a même osé produire un cadre financier dans lequel il a inscrit tous ses engagements.

Or, nous savons tous que le Bloc de gouvernera pas. Ce parti qui ne présente des candidats que dans 78 des 338 circonscriptions n’aura jamais l’occasion de préparer un budget. C’est bien facile de faire des promesses de millions ici et là. Sans conséquences.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Je ne nie pas qu’en cas de gouvernement minoritaire, le chef du Bloc pourrait détenir la balance du pouvoir. Dans ce scénario, monsieur Blanchet détiendrait un certain levier pour forcer la main du gouvernement et faire avancer certaines de ses suggestions. Cela demeure un niveau de contrôle bien indirect sur la réalité.

Le rôle du Bloc

Plutôt que de prendre des engagements sur des choses qu’il ne contrôlera jamais, le Bloc devra nous dire ce qu’il fera avec les choses qu’il contrôle. Voici quelques exemples :

  • Yves-François Blanchet serait-il prêt à faire tomber un gouvernement minoritaire si celui-ci participe à la contestation de la loi sur la laïcité ?
  • Le Bloc, qui courtise activement les électeurs de la CAQ présentement, se retournerait-il contre la CAQ après l’élection pour aider le PQ à temps plein ?
  • Si Yves-François Blanchet obtient trois fois plus de sièges que le PQ, voudra-t-il se proclamer le vrai chef des souverainistes du Québec ?
  • Advenant un succès électoral, les députés du Bloc et leurs employés, payés à même les fonds fédéraux, seront-ils mis au service de la cause de la souveraineté ?

Voilà autant d’éléments très concrets sur lesquels le chef du Bloc a le contrôle et qui intéressent les Québécois. Des choses à clarifier avant le jour du vote, mais surtout des engagements fermes à prendre devant la population.

Monsieur Blanchet a eu quelques variations de discours en peu de temps. Sa version 2019 nous donne un Yves-François Blanchet presque aussi vert que le Parti vert. Lorsqu’il fut ministre de l’Environnement, il semblait plus ouvert au compromis.

Le commentateur Blanchet conspuait la CAQ ainsi que ses politiques en immigration et sur l’identité. Maintenant, il se roule dedans.

En résumé, il vaudrait mieux avoir le portrait complet avant de voter.