/news/elections
Navigation

Les verts veulent protéger la culture québécoise

Les verts veulent protéger la culture québécoise
MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le Parti vert du Canada a présenté mercredi sa politique culturelle à la Place des Arts, à Montréal, en disant qu’il donnera au Québec un droit de regard sur toutes les ententes touchant à la culture de la Belle Province, comme celle de Netflix signée par les libéraux.

Les verts veulent s’assurer que les Google, Apple, Facebook et Amazon – les GAFA de ce monde – paient leurs impôts et prélèvent la TPS, comme les entreprises canadiennes.

Le plan des verts propose d’augmenter le financement de CBC/Radio-Canada et de l’Office national du film (ONF) du Canada.

Elizabeth May, qui était entourée des candidats Pierre Nantel et Jamil Azzaoui lors de son passage dans le Quartier des spectacles, souhaite accroître la représentation du Québec et des francophones hors Québec dans les conseils d’administration des institutions culturelles fédérales, incluant le Conseil des arts et l’ONF.

«Les Québécois peuvent compter sur les verts pour arrêter les oléoducs et les gazoducs, pour sortir du pétrole, mais aussi – avec la balance du pouvoir – pour obtenir des résultats pour la culture», a indiqué Elizabeth May.

Les verts militent pour que des Québécois soient nommés à la vice-présidence et à deux postes de commissaire au sein du Conseil de la radiodiffusion et de la télécommunication canadienne (CRTC), en plus d’appliquer la Charte de la langue française aux entreprises québécoises de compétence fédérale.

La formation veut aussi soutenir des plateformes comme Éléphant et Tou.tv.

«J’ai passé les dernières années à me battre pour le Québec, pour notre culture et nos médias à Ottawa», a dit Pierre Nantel.

«J’ai vu à quel point les libéraux et les conservateurs ont abandonné la culture et ont tous les deux refusé de se tenir debout devant Netflix, Facebook et Google, a-t-il poursuivi [...] Pour la culture comme pour le climat, les libéraux et les conservateurs ont donné les mêmes résultats. Il faut changer ça, et vite, parce que c’est notre culture qui est en jeu.»