/news/currentevents
Navigation

Piratage massif chez Bell: les deux accusés libérés sous conditions

Coup d'oeil sur cet article

Les deux Montréalais accusés d’avoir participé à un piratage massif de données de clients de Bell ont pu recouvrer leur liberté sous conditions, dont celle d’être coupés d’internet. 

 «[L’attaque informatique] a touché des comptes actifs entre juillet 2017 et janvier 2018», a expliqué le procureur de la Couronne Julien Gaudet-Lachapelle, mercredi, au palais de justice de Montréal. 

Nana Koranteng et Jessiah Russel-Francis, tous deux âgés de 25 ans, ont été arrêtés hier, relativement à une cyberattaque d’envergure contre Bell. 

Ils font face à une kyrielle d’accusations, notamment d’utilisation non autorisée d'un ordinateur, de fraude, de complot pour fraude, de recyclage des produits de la criminalité et de vol d'identité. 

L’an dernier, Bell Canada avait reconnu avoir été la cible d’une attaque informatique qui avait permis à des voleurs de dérober des noms et des courriels de clients, de même que des numéros de téléphone, des noms d’utilisateur et des numéros de compte. 

Selon l’entreprise, «moins de 100 000 clients» avaient été touchés. 

Coupés d’internet 

Compte tenu de la gravité des accusations, Koranteng et Russel-Francis risquent une longue peine d’emprisonnement en cas de verdict de culpabilité. 

Ils attendront toutefois leur procès en dehors des murs de la prison, puisque la poursuite ne s’est pas opposée à leur libération sous caution. 

Ils devront toutefois respecter de strictes conditions, et il leur est notamment interdit d'accéder à internet pendant la durée des procédures. 

Koranteng a néanmoins obtenu une exception. Comme il est employé dans un magasin Apple, selon la Couronne, il pourra utiliser internet dans le cadre de son travail. 

Les deux accusés reviendront en cour en décembre, pour la suite des procédures.