/sports/racing
Navigation

Un circuit qui fait l’unanimité

Coup d'oeil sur cet article

Le circuit de Suzuka, théâtre dimanche du Grand Prix du Japon, est l’une des rares escales en F1 à faire l’unanimité auprès des pilotes.

Ce tracé technique et exigeant est apprécié en grande partie pour la variété de ces virages – tantôt très rapides, tantôt plus lents – et ses lignes droites qui permettent aux engagés d’atteindre des vitesses particulièrement élevées et d’exprimer tout le potentiel de leur monoplace.

Si, pour Charles Leclerc, Suzuka représente sa destination favorite, elle lui rappelle en contrepartie le triste souvenir de l’accident tragique de son ami Jules Bianchi survenu il y a déjà cinq ans.

« J’adore ce circuit, a raconté le Monégasque. C’est en fait mon préféré de toute l’année. C’est le seul endroit qui a une configuration en 8, ce qui ajoute à sa configuration unique. Ça me rappelle ces petits circuits de voitures téléguidées sur lesquels on jouait dans notre enfance. »

« Mais c’est aussi une piste qui, justement, sépare les hommes des... enfants. »

Les gommes les plus dures

Pour répondre à ces virages qu’il qualifie « d’extrêmes », Pirelli proposera, sans surprise, ses trois gommes les plus dures (C1, C2 et C3) en fin de semaine.

Le fournisseur italien veut offrir la chance aux pilotes d’attaquer les courbes du circuit sans risquer une dégradation trop rapide des pneus. La démarche devrait aussi permettre aux écuries de se limiter à une seule halte au puits de ravitaillement pendant l’épreuve.

Cette stratégie s’est avérée fructueuse l’an dernier pour Lewis Hamilton, Valtteri Bottas et Max Verstappen, qui avaient monopolisé les trois marches du podium.

Chasse gardée

Le circuit nippon devrait convenir aux Ferrari de Leclerc et de son coéquipier Sebastian Vettel, mais il ne faut certes pas compter les Mercedes pour battues.

Non seulement les Flèches d’argent ont mis fin, il y a deux semaines, à la série de trois victoires consécutives des rouges, mais on doit aussi rappeler que Suzuka a été pour elles un véritable terrain de jeu ces dernières années.

L’écurie allemande a en effet remporté les cinq derniers Grands Prix du Japon, depuis en fait le début de l’ère hybride, dont quatre par Lewis Hamilton.

Stroll aime aussi

Lance Stroll se range derrière ses rivaux en F1 : il affectionne le circuit de Suzuka.

« J’aime l’endroit qu’on pourrait décrire comme un circuit de la vieille école dont les zones de dégagement sont faibles, dit le Québécois. Une petite erreur peut être très néfaste. »

Stroll souhaite se racheter au Japon, où son meilleur résultat, le 17e rang, a été obtenu en 2018.


► Météo menaçante : le week-end risque d’être perturbé par le passage du puissant typhon Hagibis, qui pourrait s’abattre sur la région samedi et dimanche.