/news/currentevents
Navigation

Accusé d’avoir agressé une femme endormie

L’homme aurait dit aux policiers être somnambule

Coup d'oeil sur cet article

 Un Montréalais accusé d’être entré dans le domicile d’une femme et de l’avoir agressée sexuellement pendant qu’elle dormait aurait prétendu avoir agi sans le savoir, car il serait somnambule.

 « Je m’étais trompé de porte, je suis somnambule ! » aurait déclaré Bruno Henley à la suite de son arrestation, le 24 septembre, pour une entrée par effraction survenue la veille. 

 Ce soir-là, l’individu de 55 ans serait entré en pleine nuit dans le domicile d’un couple qui avait décidé de faire chambre à part pour cette nuit. Pendant que la femme dormait profondément, Henley se serait alors approché d’elle et lui aurait fait des attouchements sexuels. 

 « Elle croyait que c’était son conjoint », a assuré au Journal une source policière bien au fait du dossier. 

 Panique

 Sauf qu’en ouvrant les yeux, elle a réalisé qu’il s’agissait d’une autre personne. Elle se serait mise à crier, tandis que l’accusé aurait fait de même. Le conjoint serait alors arrivé dans la pièce pour tomber nez à nez avec Henley, qui se serait confondu en excuses avant de quitter les lieux et de rentrer chez lui, non loin de là. 

 Sous le choc, la femme est allée porter plainte à la police, qui n’a pas tardé à identifier le suspect et à l’arrêter. Henley aurait alors expliqué qu’il avait bu ce soir-là, et qu’il était somnambule. 

 Ces excuses n’ont toutefois pas convaincu les policiers, puisque le quinquagénaire est maintenant accusé d’introduction par effraction dans le but de commettre une agression sexuelle. Ce crime est passible de la prison à vie. 

 Atterré

 « Il est important de rappeler que M. Henley est présumé innocent, et qu’aucun fait n’a été prouvé devant un juge [à ce stade-ci], a toutefois rappelé son avocat, Michael Morena. Il est atterré par les accusations. Ce n’est jamais facile pour quelqu’un qui n’est pas familiarisé avec le système judiciaire d’être incarcéré. » 

 Comme la Couronne s’est opposée à sa libération, Henley subira son enquête sur remise en liberté, qui devrait se tenir dans les prochains jours.  


 ► En 1992, la Cour suprême du Canada avait confirmé l’acquittement d’un homme accusé d’avoir tué un de ses beaux-parents, sous prétexte qu’il était somnambule.