/24m
Navigation

Cas non résolus: aider à identifier les morts avec Instagram

Cas non résolus: aider à identifier les morts avec Instagram
PHOTO COURTOISIE/Adrian Tsarevich

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Un jeune Montréalais tente de contribuer à l’identification des personnes retrouvées décédées par les autorités et dont le cas est toujours en suspens en partageant leur photo sur un compte Instagram.

Adrian Tsarevich, âgé de 19 ans, a démarré la page «Nameless Does» après avoir remarqué le manque de diffusion de ces images, déconseillées aux coeurs sensibles.

«Ça n’existait juste pas. J’ai rencontré le problème des corps non identifiés à travers des forums et des endroits obscurs d’internet. Il y a beaucoup de cas de corps non identifiés», a-t-il expliqué.

Les informations qui sont diffusées par les corps policiers lorsqu’une personne n’est pas identifiée à la suite de son décès tombent «dans une craque de divan et ne sont montrées nulle part», a indiqué M. Tsarevich.

«Le problème, c’est qu’une fois que c’est publié sur les sites des autorités, il n’y a aucun média qui les prend. Elles sont publiées sur internet et sont un peu oubliées», a-t-il poursuivi.

Cas non résolus: aider à identifier les morts avec Instagram
PHOTO COURTOISIE/Adrian Tsarevich

Depuis un an

Des photos de visages de corps retrouvés à travers le monde sont publiées depuis environ un an sur la page de son compte Instagram, qui compte plus de 130 000 abonnés. Chaque image issue du site d'une organisation comme la Sûreté du Québec (SQ) ou le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est accompagnée d’une description physique de la personne retrouvée et des circonstances de la mort.

Selon M. Tsarevich, un cliché permet surtout de briser la barrière de la langue. «On pense que la photo est vraiment quelque chose qui va aider à l’identification. On essaie de choisir plus les cas où il y a des photos qui montrent clairement le visage de la personne.»

Six défunts dont la photo avait été diffusée sur le compte Instagram ont été identifiés depuis la publication, bien qu'il est difficile de savoir si «Nameless Does» y est pour quelque chose, puisque ceux qui croient reconnaître un individu sont redirigés vers les autorités.