/24m/outings
Navigation

«HideSeek»: plonger en enfance

«HideSeek»: plonger en enfance
Dominick Gravel/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Piscine de balles de plastique, salle de casiers colorée où il est possible de manger autant de bonbons qu’on le désire, pièce sombre recouverte d’étoiles phosphorescentes; l'exposition «HideSeek» offre tout ce qu'il faut pour retomber en enfance... et faire le plein de photos pour son Instagram!

Cette installation d’art immersive ouvrira ses portes samedi sur la rue Saint-Denis. Le parcours, qui sera à Montréal pour deux mois, est composé de plusieurs salles toutes plus colorées et éblouissantes les unes que les autres.

«Tout a été pensé pour te permettre de libérer l’enfant en toi! a lancé Lee Davis, le PDG de l’entreprise torontoise HideSeek. L’objectif principal, c’est de rappeler aux gens que c’est possible de ramener un peu de l’insouciance et de la curiosité qu’a un enfant dans notre quotidien.»

«HideSeek»: plonger en enfance
Dominick Gravel/Agence QMI

«HideSeek»: plonger en enfance
Dominick Gravel/Agence QMI

Le groupe a même pensé à faire jouer de la musique des années 1980, 1990 et du début des années 2000 qui rendra les visiteurs nostalgiques.

Dans chaque salle, contrairement à la règle habituelle des salles d’exposition, le public est invité à toucher tout ce qui l’entoure et à s’amuser. Ainsi, il est possible de se lancer de gigantesques ballons gonflés, de jouer avec des slinkys ou encore de se balancer dans une pièce dont les murs sont recouverts d’un tissu en peluche orangée (on a tout de suite pensé à notre cher Youppi!).

«Il y a trois choses qui étaient importantes pour nous quand on a créé les designs des pièces. La première, c’est qu’on voulait que ce soit très interactif et tactile. Deuxièmement, on voulait que ça puisse faire de belles photos, que les couleurs soient vives. Finalement, on voulait que ce soit très nostalgique. On voulait que les gens puissent en quelque sorte revivre leur enfance. Ces salles recréent l’insouciance d’un enfant», a expliqué M. Davis.

«HideSeek»: plonger en enfance
Dominick Gravel/Agence QMI

«HideSeek»: plonger en enfance
Dominick Gravel/Agence QMI

«Ce qui est intéressant, c’est que les gens se remémorent des souvenirs selon les différents matériaux utilisés dans les salles. Les gens s’exclament souvent: "Oh my god! J’avais ça quand j’étais petit!"» a ajouté le cofondateur.

Des guides-animateurs sont présents pour expliquer les concepts de chaque salle.

HideSeek a fait appel à quelques artistes montréalais pour concevoir des murales dans son installation dans la métropole québécoise.

«C’était important pour nous de travailler avec des artistes locaux pour l’exposition à Montréal pour avoir une touche de la créativité de la ville», a souligné M. Davis.

Pour visiter l’installation, il faut se procurer des billets au coût de 25 $ (20 $ pour un enfant de plus de 3 ans et gratuit pour les 3 ans et moins) au www.gohideseek.com. Une plage horaire vous sera alors assignée, vous aurez ensuite tout le temps que vous voulez dans ce monde enfantin.

«HideSeek»: plonger en enfance
Dominick Gravel/Agence QMI

«HideSeek» en chiffres:

  • 20 jours de travail pour installer l’exposition
  • 12 salles 2000 slinkies
  • 450 boîtes de céréales
  • 200 oreillers
  • 7000 étoiles phosphorescentes