/finance/opinion/columnists
Navigation

Que se passe-t-il avec Bombardier?

Coup d'oeil sur cet article

Quelle surprise nous réservera Bombardier le 31 octobre prochain lorsque la compagnie dévoilera les résultats financiers du troisième trimestre clos le 30 septembre 2019 ?

Si l’on se fie à la mauvaise performance de l’action de Bombardier depuis le 24 septembre dernier, ça augure plutôt mal. Le titre a reculé de 17 % en moins de trois semaines, passant de 1,91 $ à 1,58 $.

Espérons que les investisseurs se trompent dans leurs prévisions des prochains résultats financiers de Bombardier.

Cela dit, les actionnaires de notre multinationale ne l’ont pas eu facile depuis que le PDG, Alain Bellemare, et ses collègues de la haute direction ont liquidé de gros blocs d’actions en septembre 2018.

À lui seul, Alain Bellemare avait encaissé un profit de 10,5 millions de dollars alors qu’il avait liquidé 3,65 millions d’actions au prix de 4,55 $.

La dégelée

Depuis la vente massive des hauts dirigeants de Bombardier il y a à peine un an, le titre de la compagnie a subi une méchante dégelée.

Quelques dates à retenir...

Lorsque Bombardier a annoncé, le 11 juillet 2018, la cession de la C Series à Airbus pour la somme de 0 $, l’action de Bombardier touchait les 5,58 $.

Dans les semaines qui ont suivi, le conseil d’administration de Bombardier mettait en place un régime spécial permettant à ses hauts dirigeants de liquider des blocs d’actions.

La liquidation a débuté le 17 septembre 2018. Le titre se négociait à ce moment-là autour de 4,55 $ l’action.

Par la suite, Bombardier dévoilait des nouvelles décevantes et l’action piquait du nez. Le 16 novembre 2018, l’action de Bombardier touchait un creux de 1,58 $.

Le redressement

Le titre de Bombardier a réussi à se redresser par la suite, pour boucler l’année 2018 à 2,03 $. Le 24 avril dernier, il touchait les 2,92 $. Et depuis, l’action ne cesse de reculer à la suite d’une série de nouvelles décevantes.

Ainsi, à deux semaines du dévoilement des résultats du troisième trimestre, l’action de Bombardier est de retour au niveau de novembre 2018, soit 1,58 $ l’action.

Hâte de voir si ce prix dérisoire de l’action reflète adéquatement l’état des finances de la compagnie.

Le règne de bellemare

C’est le 12 février 2015 qu’Alain Bellemare succédait à Pierre Beaudoin pour diriger les destinées de Bombardier.

« C’est un nouveau départ à la fois pour moi et pour Bombardier. Nous devons améliorer la rentabilité et réaliser le vrai potentiel de cette formidable entreprise », disait-il.

Quatre ans et huit mois plus tard, après avoir réussi à nous soutirer 3,3 milliards $ d’argent public (soit 1,3 milliard $ de Québec pour la C Series et 2 milliards $ de la Caisse de dépôt pour Bombardier Transport), force est de constater que sous Alain Bellemare... Bombardier continue d’en arracher.

Lors de la nomination de M. Bellemare, l’action de Bombardier se négociait à 2,69 $.

Aujourd’hui, l’action ne vaut plus que 1,58 $. En baisse de quelque 40 % par rapport au 12 février 2015, le jour de sa nomination.