/news/health
Navigation

Rendez-vous santé Québec: des millions supplémentaires dans un système boudé par les médecins

Le gouvernement Legault veut encore bonifier Rendez-vous santé Québec

caucus CAQ
Photo Simon Clark Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, veut améliorer Rendez-vous santé Québec, qui fait concurrence au populaire Bonjour-Santé. 

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault doublera la mise et injectera 5 millions $ supplémentaires dans Rendez-vous santé Québec, un concurrent du site web privé Bonjour-Santé, utilisé par seulement 10 % des médecins de la province.

En début de journée jeudi, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, avait d’abord déclaré que Québec ajouterait 10 millions $ supplémentaires pour bonifier le système, dont la mise en place a déjà coûté 5,7 M$. La nouvelle somme doit notamment servir à créer un « hub » qui permettra aux rendez-vous pris sur une plateforme privée, comme Bonjour-Santé, d’être traités à travers le RVSQ.

Quelques heures plus tard, son attachée de presse a contacté notre Bureau parlementaire pour corriger les propos du ministre. « Pour doubler les fonctionnalités et la capacité, en plus de faire le ‘‘hub’’, on estime qu’on va devoir aussi mettre un autre 5 M$, explique Camille Lambert-Chan. Donc, au total, on va arriver à 10 M$. »

Système boudé

Déployé depuis le 1er décembre 2017, le RVSQ est largement boudé par les médecins du Québec. À ce jour, seules 69 cliniques l’utilisent, la majorité y étant obligée par contrat pour obtenir leur financement. Selon les données du ministère de la Santé, cela représente seulement 10 % des toubibs de la province.

Pour la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), l’absence d’adhésion s’explique par deux facteurs. D’une part, il est impossible pour les citoyens de prendre rendez-vous par téléphone avec le RVSQ. D’autre part, le système informatique ne serait pas compatible avec ceux des cliniques.

Pas d’obligation

« On a hérité d’un outil qui était sous-performant. Avec la fédération des médecins, en collaboration, on est en train de l’améliorer et le déploiement se poursuit », s’est défendu le ministre Carmant jeudi matin. Québec espère maintenant déployer le RVSQ « à travers la province », sans fixer d’échéancier.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Pas question, toutefois, d’obliger les toubibs québécois – nombreux à préférer Bonjour-Santé – à se tourner vers le RVSQ, comme le prévoyait à l’origine l’ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette. « Notre approche, avec le gouvernement, a toujours été collaborative », fait valoir M. Carmant.

M. Carmant ne prévoit pas, non plus, ajouter une fonction de rendez-vous téléphonique, comme réclamé par la FMOQ. « Nous, on veut qu’ils le prennent en ligne, leur rendez-vous, dit-il. Éventuellement, on verra si on en a besoin. » La réservation en ligne, estime-t-il, est « plus simple ».