/finance/business
Navigation

Une ancienne v.-p. d’Hydro-Québec inscrite comme lobbyiste

Elle doit notamment obtenir l’appui de la société d’État

Une ancienne v.-p. d’Hydro-Québec inscrite comme lobbyiste
Photo Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Une ancienne haute dirigeante d’Hydro-Québec s’est inscrite récemment comme lobbyiste pour une firme qui demande notamment de l’aide financière à... Hydro-Québec.

L’ancienne directrice principale à l’Environnement et aux Affaires corporatives d’Hydro-Québec, Stella Leney, n’a pourtant pas dévoilé tout de suite son lien (charge publique antérieure) avec Hydro-Québec lors de son inscription au Registre des lobbyistes le 1er octobre dernier.

Or, le mardi 8 octobre (avant-hier), la lobbyiste a ajouté à son inscription publiée au Registre québécois des lobbyistes qu’elle avait déjà occupé un poste de vice-présidente chez Hydro-Québec.

Stella Leney a été au service d’Hydro-Québec pendant plus de 36 ans. Elle a quitté ses fonctions le 31 décembre 2018 de la société d’État pour la retraite, selon son inscription.

La firme représentée par Mme Leney, Groupe Mondial Énergies Renouvelables (WREG), dit faire des démarches «auprès du gouvernement dans le but d’obtenir un financement sous forme de prêt ou de subvention d’un montant inconnu».

Dans son mandat, Mme Leney entend discuter de financement avec entre autres le ministère de l’Économie, le ministère des Transports et Hydro-Québec.

Pas à la recherche d’argent

Hier, le grand patron de WREG a dit être en discussion avec Hydro-Québec.

«On ne demande pas d’argent. On demande un prêt ou une subvention. Ça ne dit pas nécessairement de l’argent», a précisé Jean-Eudes Tremblay.

WREG dit être «un apporteur de solutions technologiques» en plus de travailler au développement de la technologie AirPower, un moteur à air comprimé.