/entertainment/movies
Navigation

Des liens forts avec le Québec

Rossif Sutherland présente deux films au FNC

ENT-Entrevue avec Theodore Ushev et l'acteur Rossif Sutherland
Photo Agence QMI, MARIO BEAUREGARD L’acteur Rossif Sutherland (à gauche) fait la narration anglophone de Physique de la tristesse, le nouveau court métrage d’animation de Theodore Ushev (à droite). 

Coup d'oeil sur cet article

Rossif Sutherland joint l’utile à l’agréable : l’acteur canadien est de passage à Montréal, une ville qu’il connaît bien et qu’il adore, pour faire la promotion de deux films qui sont projetés au Festival du nouveau cinéma (FNC).

Rossif Sutherland – qui est le fils de Donald Sutherland et le demi-frère de Kiefer – a foulé le tapis rouge du FNC, mercredi, soir à l’occasion de la première québécoise de Guest of Honor, le nouveau film du cinéaste canadien Atom Egoyan dans lequel il joue aux côtés de David Thewlis et Luke Wilson.

Samedi soir, l’acteur de 41 ans fera une autre apparition publique, au festival, à la première québécoise de Physique de la tristesse, un court métrage d’animation dont il assure la narration en anglais.

Produit par l’ONF, Physique de la tristesse est la nouvelle création du cinéaste Theodore Ushev. Ce réalisateur montréalais d’origine bulgare avait été nommé aux Oscars en 2017 pour son court métrage d’animation précédent, Vaysha l’aveugle.

En entrevue au Journal jeudi après-midi, Rossif Sutherland a admis qu’il ne connaissait pas l’œuvre de Theodore Ushev avant que celui-ci lui propose la narration de son film en anglais.

« Theodore m’a montré la version française de son film, qui est d’ailleurs narrée par Xavier Dolan, et j’ai tout de suite été séduit et intrigué », a expliqué Sutherland, dans un français impeccable.

« Le texte est tellement poétique, et les images sont extrêmement riches et belles. Ça n’a pas été difficile pour moi de dire oui. C’est extraordinaire ce que Theodore a fait avec ce film. Je suis très fier d’avoir pu apporter ma contribution à cela. »

Origines québécoises

Rossif Sutherland est très attaché au Québec. Sa mère, Francine Racette, est une Québécoise native de Joliette qui a fait carrière comme actrice jusqu’au milieu des années 1980. L’acteur a grandi en France, mais il a aussi passé beaucoup de temps au Québec pendant sa jeunesse.

« Mes parents ont une maison dans les Cantons-de-l’Est et j’ai passé mes étés et mes Noëls là-bas quand j’étais petit, indique-t-il. Je n’en garde que de bons souvenirs. »

♦ Le court métrage d’animation Physique de la tristesse est présenté samedi soir à 21 h à la Cinémathèque québécoise.