/finance/business
Navigation

Industrielle Alliance avait un projet de pôle d’échanges

L’assureur prévoyait la construction de quatre immeubles

Industrielle Alliance avait dépensé 34,1 millions $ en 2016 pour faire l’achat du 1200, route de l’Église (à gauche, là où se trouve le ministère de la Justice). La société a investi depuis plusieurs dizaines de millions de dollars pour rénover le bâtiment.
Photo Jean-François Desgagnés Industrielle Alliance avait dépensé 34,1 millions $ en 2016 pour faire l’achat du 1200, route de l’Église (à gauche, là où se trouve le ministère de la Justice). La société a investi depuis plusieurs dizaines de millions de dollars pour rénover le bâtiment.

Coup d'oeil sur cet article

Le Groupe Dallaire n’était pas la seule entreprise en lice pour accueillir un pôle d’échanges sur le boulevard Laurier. Industrielle Alliance a aussi présenté à la Ville un projet qui prévoyait la construction de quatre nouveaux immeubles.

La présentation a été effectuée il y a environ «deux ans et demi», confirme la direction. Le site en question est situé à l’angle du boulevard Laurier et de la route de l’Église, sur les terrains adjacents à l’édifice hébergeant les travailleurs du ministère de la Justice.

«À ce moment, notre proposition ne tenait pas compte du tramway. Il y avait une portion souterraine et une externe dans notre projet», explique au Journal le vice-président aux placements immobiliers chez Industrielle Alliance, Mario Bédard.

Pour le moment, aucune nouvelle discussion n’a eu lieu avec des représentants de la Municipalité. Et la Ville a assuré, jeudi, qu’il n’était pas question de revoir le site pour le pôle d’échanges du réseau structurant de transport en commun, et ce, même si de nouvelles analyses seront effectuées au cours des prochains mois.

Quatre immeubles

Le plan d’Industrielle Alliance prévoyait la sortie de terre de deux immeubles d’environ neuf étages sur le terrain entre le bâtiment du ministère de la Justice et la route de l’Église.

Deux autres édifices d’une même hauteur étaient aussi prévus dans le stationnement à l’arrière du magasin Canadian Tire.

Industrielle Alliance n’était pas en mesure de fournir, jeudi, les coûts entourant ce projet. La société se dit toutefois prête à refaire ses devoirs pour y intégrer le tramway à son développement présenté en 2017. Cette année-là, il était question de l’aménagement d’un service rapide par bus.

«C’est certain que notre projet pourrait toujours fonctionner. On voudrait l’intégrer dans quelque chose de plus gros», indique M. Bédard.

«À l’époque, on prévoyait deux phases pour des immeubles résidentiels et deux autres pour des immeubles de bureaux pour un total de quatre immeubles. C’était un peu plus haut que l’édifice du ministère de la Justice», conclut-il.