/misc
Navigation

Une «Loi du retour» pour les Francos hors Québec

Denise Bombardier
Photo Chantal Poirier Denise Bombardier

Coup d'oeil sur cet article

Comme ça arrive souvent dans son cas, Denise Bombardier a créé un ramdam en constatant l’année dernière sur les ondes de la SRC que les Francos hors Québec sont en voie d’assimilation. Radio-Canada a décidé d’en faire un documentaire, Denise au pays des Francos. Denise ne veut pas les abandonner. Moi non plus. Ils méritent notre appui inconditionnel et celui du gouvernement du Québec. Il faut défendre leurs droits linguistiques tout en favorisant leur retour au Québec. L’avenir du français, c’est ici que ça se passe, pas au Manitoba ou en Alberta. Dans toutes les autres provinces canadiennes, tout au long de l’histoire, les francophones et la langue française ont été l’objet d’une haine et d’une répression sans merci. Plusieurs chapitres de mes livres noirs du Canada anglais y sont consacrés. 

Le documentaire de Denise Bombardier me permet de rappeler deux études datant d’une dizaine d’années sur la réalité linguistique canadienne publiées lors du 78e de l’ACFAS qui sont toujours d’une extraordinaire actualité. En effet, les situations décrites n’ont fait que se développer et les chiffres n’ont, eux aussi, que continué à se détériorer. 

D’abord, le professeur Charles Castonguay de l’Université d’Ottawa, grand spécialiste en assimilation linguistique, confirmait ce qu’on peut constater encore chaque jour: l’anglais est en progression rapide à Montréal. Son étude montrait qu’entre 2001 et 2006, les Anglo-Montréalais avaient connu une croissance sans précédent de 6,3 %, alors qu’ils étaient en déclin depuis les années 1960. Durant les mêmes cinq années, les francophones sont passés de 81 % à 79 % de la population du Québec. «C’est du jamais vu!», avait lancé le Pr Castonguay en 2010. Cette remontée fulgurante des Anglos au Québec s’explique par le fait que de plus en plus d’allophones passent à l’anglais. 

De son côté, le chercheur Éric Forgues, démontrait dans une étude que les Anglos et les Allos du Québec s’en vont vers les autres provinces, alors que les Franco-Canadiens, en moins grand nombre, s’en viennent au Québec. Cette concentration des francophones au Québec et des non-francophones ailleurs au Canada s’est poursuivie depuis. Ce n’est pas moi qui vais pleurer sur ce phénomène. Je crois, au contraire, qu’il faut l’encourager pour contrer celui décrit par le Pr Castonguay. Il en va de notre survie en tant que peuple. 

L’État québécois devrait favoriser l’installation ici des francophones canadiens comme on encourage ceux de la francophonie mondiale. Québec mène à grands frais des campagnes à l’étranger pour recruter des immigrants francophones. Lorsque ces immigrants arrivent à Montréal, ils s’aperçoivent qu’ils doivent savoir l’anglais pour se trouver un emploi. Difficulté donc d’intégration en milieu de travail accompagné aussi de difficultés d’intégration culturelle dans certains cas. Avec nos frères franco-canadiens, aucun problème d’intégration culturelle et, comme ils savent l’anglais, leur intégration au marché du travail ne poserait pas de problèmes. Pas besoin d’accommodements, raisonnable ou non. 

Créons une politique pour permettre à la diaspora francophone de revenir au pays d’où ses ancêtres sont partis: une Loi du retour. L’année prochaine à la citadelle de Québec.  

C’est une solution opportuniste j’en conviens. Il s’agit de mettre en place des mécanismes pour favoriser le retour au Québec de ceux parmi les quelque 900 000 Franco-canadiens qui le désire. 

Le moment est propice pour lancer une telle politique. Nous manquons de main-d’œuvre. L’économie est plus prospère au Québec qu’ailleurs au Canada, le coût de la vie y est moindre, le taux de chômage est au plus bas et nos lois sociales et familiales sont enviées dans le reste du pays. 

Mais le gouvernement Legault n’osera pas adopter une telle politique : elle est pourtant rationnelle, économiquement rentable et favorable à la majorité francophone. 

Voici pourquoi. Au cours des ans, j’ai soulevé la question avec plusieurs responsables politiques. Non jamais avec des libéraux ! La réponse réticente qu’on me chuchotait était qu’il ne fallait pas désespérer les francophones hors Québec qui interpréteraient une telle politique comme un coup de couteau dans le dos. C’est triste à dire, mais, s’ils tiennent vraiment au français, c’est plutôt une bouée de secours qu’on leur lance.