/world/europe
Navigation

Catalogne: manifestation anti-indépendance à Barcelone

Catalogne: manifestation anti-indépendance à Barcelone
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Barcelone | Des milliers de personnes ont manifesté samedi à Barcelone pour le maintien de la Catalogne en Espagne, à l’occasion de la fête nationale et dans l’attente de la sentence judiciaire à l’égard des dirigeants indépendantistes catalans. 

Les manifestants étaient environ 10 000, selon la police municipale, nettement moins que les 65 000 des deux années précédentes, à défiler dans les rues de la capitale catalane à grand renfort de drapeaux espagnols en ce «jour de l’Hispanité» qui commémore l’arrivée de Christophe Colomb en Amérique en 1492. 

Catalogne: manifestation anti-indépendance à Barcelone
AFP

Certains des manifestants disaient leur espoir de voir les dirigeants indépendantistes condamnés lourdement pour leur participation à la tentative de sécession de la Catalogne en 2017. La sentence de la Cour suprême doit être annoncée en début de semaine prochaine. 

«J’espère bien qu’ils seront condamnés pour leur tentative de coup d’État, ils n’ont pas respecté la Constitution», disait une manifestante de 60 ans, Pepi Ordoñez. 

Catalogne: manifestation anti-indépendance à Barcelone
AFP

Si leurs dirigeants étaient condamnés, les indépendantistes ont promis une mobilisation importante, avec des appels à la grève générale. 

«J’ai peur qu’il y ait des violences», s’est inquiété Manuel Rueda, un retraité de 62 ans. «Tout ce que nous voulons, c’est recommencer à vivre comme il y a dix ans, sans drapeaux indépendantistes ou espagnols de tous les côtés, quand tout le monde vivait ensemble tranquillement», a-t-il ajouté. 

Catalogne: manifestation anti-indépendance à Barcelone
AFP

De son côté, le président de la principale association anti-indépendantiste, Société civile catalane, Fernando Sanchez, a déclaré à la presse que «c’est une semaine très compliquée qui s’annonce». «Nous voulons lancer un appel au calme et à la responsabilité», a-t-il poursuivi. 

À Madrid, le roi Felipe VI a présidé le défilé militaire traditionnel, accompagné par le chef du gouvernement socialiste sortant, Pedro Sanchez, moins d’un mois avant les élections législatives. 

En précampagne pour ces élections du 10 novembre, les dirigeants de l’opposition de droite assistaient au défilé, tout comme les présidents des régions du pays, à l’exception de la Catalogne et du Pays basque, qui n’y participent plus depuis plusieurs années. 

Le dirigeant du parti d’extrême droite Vox, Santiago Abascal, assistait au défilé pour la première fois, juste à côté du chef du parti libéral Ciudadanos Albert Rivera et du président des conservateurs du Parti populaire, Pablo Casado.