/maisonextra
Navigation

Immobilier: quoi de neuf sur le marché?

La terrasse est maintenant aménagée comme un petit salon.
Photo Courtoisie Richard Laturaze La terrasse est maintenant aménagée comme un petit salon.

Coup d'oeil sur cet article

Le marché immobilier est loin d’être monotone et linéaire. Qu’on soit à Québec ou Montréal, il diffère d’une région à l’autre. Mise au point et tendances!

Dans la métropole, le marché est en hausse depuis presque deux ans, comme le précise Richard Laturaze, courtier immobilier au sein de la bannière REMAX. «Les maisons se vendent rapidement à Montréal et à bon prix. On pensait que Québec allait suivre, mais ce n’est pas le cas», dit-il, en soulignant qu’ici, à l’heure actuelle, le marché est plutôt lent. La durée de vente pour une maison ou un condo s’est beaucoup allongée au cours des dernières années. Sans compter que la valeur des terrains est en hausse. La situation n’est pas évidente pour les vendeurs et les acheteurs. Ainsi, une petite famille avec deux enfants qui vend son plain-pied à 240 000$ ne trouvera pratiquement rien en bas de 400 000$ pour combler son besoin d’espace. Ces maisons ont souvent 15 ou 20 ans: «On n’a pas toujours un garage avec du luxe, ni une cuisine au goût du jour», ajoute M. Laturaze.

Dans la cuisine, le cellier et le réfrigérateur sont encastrés. Le frigo est dissimulé derrière des portes d’armoires blanches pour un look plus raffiné!
Photo Courtoisie Richard Laturaze
Dans la cuisine, le cellier et le réfrigérateur sont encastrés. Le frigo est dissimulé derrière des portes d’armoires blanches pour un look plus raffiné!

Diminuer pour mieux vendre!

Vous possédez la même résidence depuis de nombreuses années et vous voulez la vendre? Sans le savoir, vous pourriez être à l’origine de la baisse de la valeur de certaines maisons dans différents secteurs de la ville de Québec, comme Sillery, Sainte-Foy et Cap-Rouge aussi. Effectivement, comme l’explique M. Laturaze, beaucoup de gens sont à la retraite, ils ont leur maison depuis 30 ou 40 ans et ils décident de la mettre en vente. À l’époque, ils l’ont payée 50 000$ ou 60 000$ et ce montant est acquitté depuis longtemps ! Ils la vendent car ils veulent, par exemple, s’en aller dans des résidences pour ainés autonomes. «Ils sont capables de baisser le prix de leur maison pour la vente. Ils en ont les moyens», soutient M. Laturaze. Si elle vaut 300 000$, ils peuvent se permettre de la laisser à 260 000$. Ils ne veulent pas être coincés avec le fardeau de la vente et veulent passer à autre chose rapidement... «Depuis quelques années, cette réalité peut avoir une certaine influence sur le marché dans divers secteurs», confie-t-il.

Louer au lieu d’acheter

Le marché locatif haut de gamme est en train de prendre une place assez importante dans le paysage immobilier, ce qui peut avoir un impact sur la vente et l’achat des habitations. «Dans mes dossiers de l’année dernière, j’ai plusieurs clients qui ont vendu leur propriété et, au lieu de racheter, ils ont préféré louer», déclare M. Laturaze. Il s’agit d’une clientèle plus âgée et plus aisée, comme les baby-boomers retraités. S’ils aiment la formule, ils louent par exemple un condo quelques années ou sinon, ils le rachètent tout simplement. «On a du mal à vendre des condos, mais on a plus de facilité à les louer», admet-il.

La douche vitrée sans seuil est esthétique et facile d’entretien.
Photo Courtoisie Richard Laturaze
La douche vitrée sans seuil est esthétique et facile d’entretien.

Toit et bois

Rassurez-vous! Il y aura toujours des maisons neuves et les tendances sont là pour évoluer ou se réinventer! Par exemple, le style moderne à toit plat est déjà un peu en perte de vitesse, comme le rappelle M. Laturaze. Avec du bois, de la pierre et de la brique, il y a peut-être un peu trop de matériaux à l’extérieur: «Cette mode est en train de s’essouffler et on revient avec le toit standard en pente». En ce qui concerne le bois naturel, il ajoute bien sûr du style au revêtement extérieur, mais il exige beaucoup d’entretien. Sinon, le fibrociment est une valeur sûre: «À Québec, on a beaucoup remplacé le vinyle par le fibrociment. C’est plus résistant et ça ne claque pas au vent», affirme M. Laturaze.

Le triangle chaleureux

À l’intérieur, les grandes aires de vie ouvertes sont toujours populaires. L’incontournable triangle «salon–salle à manger–cuisine» est encore très convivial. Comme matériaux, le quartz est apprécié pour le comptoir et pour les armoires, la mélamine de couleur blanche imitant le bois est très en vogue. Le plancher en bois pâle revient à la mode, tandis que la céramique se décline dans des gris pâles avec des tuiles plus grandes de 24 à 48 pouces. Les grands formats ont moins de joints et le résultat est plus beau. Pour la chambre des maîtres, M. Laturaze est catégorique: «Les tablettes grillagées dans le walk-in: on n’en veut plus!» On utilise plutôt des étagères en bois qui s’intègrent parfaitement bien au look de cette grande garde-robe. On aménage l’endroit comme une petite cabine d’essayage, avec des miroirs, un petit banc confortable, un tapis moelleux... Bref, notre walk-in devient une véritable pièce de vie!