/finance/opinion/columnists
Navigation

Justin Trudeau sauvé par l’emploi

Coup d'oeil sur cet article

Attaqué de toutes parts, il y a loin de la coupe aux lèvres pour Justin Trudeau.

Cependant, s’il y a un secteur où les adversaires de Justin Trudeau ne peuvent l’attaquer... c’est bien celui de l’emploi.

Au cours des quatre années de pouvoir de Justin Trudeau, il s’est créé au Canada 1 142 700 emplois.

Et, fait impressionnant à noter : quelque 84,5 % du nombre total des emplois créés depuis octobre 2015 au pays sont des emplois à temps plein, soit 965 500.

Autre constat flamboyant : le nombre de chômeurs a baissé de 239 100 durant ces quatre années, le taux de chômage passant de 7,0 % à seulement 5,5 %.

À titre de comparaison, sachez que sous l’ancien gouvernement conservateur de Stephen Harper, le nombre d’emplois créés en quatre ans, soit d’octobre 2011 à octobre 2015, avait bondi de quelque 676 900. Le nombre de chômeurs avait diminué de 21 900. Le taux de chômage avait reculé 7,3 % à 7,0 %.

Grâce à trois provinces

À seulement neuf jours des élections, Justin Trudeau pourra ainsi se vanter d’avoir créé 69 % plus d’emplois que son prédécesseur conservateur !

Mais humilité oblige, surtout en campagne électorale, le chef libéral aurait intérêt à remercier les trois provinces (et leurs gouvernements) qui lui ont permis d’afficher une si belle performance sur le marché du travail.

Les voici. L’Ontario a vu bondir son nombre d’emplois de 582 000 au cours des quatre ans du gouvernement Trudeau. Le Québec arrive au deuxième rang avec une augmentation de 278 900 emplois. Et la Colombie-Britannique suit avec une hausse de 208 400 emplois.

À elles seules, ces trois provinces ont créé 93,6 % de tous les nouveaux emplois qui ont vu le jour au Canada lors du règne de Justin Trudeau. Elles ont créé nettement plus d’emplois que leur poids respectif dans la population active.

L’envers de la médaille ? Dans les sept autres provinces canadiennes, le marché du travail a malheureusement connu une période plutôt moche sous le gouvernement de Justin Trudeau. Ce qui ne l’aidera pas dans la présente campagne électorale.

Secteurs

Chez les secteurs qui se sont signalés en matière de création d’emploi, notons celui des « administrations publiques », c’est-à-dire les fonctionnaires de nos divers paliers de gouvernement.

L’augmentation des effectifs s’élève à 78 200, soit une hausse de 8,2 % en quatre ans. Il y a actuellement 1 025 000 fonctionnaires au Canada.

Dans le parapublic, on y dénombre 2,85 millions d’employés qui travaillent en éducation, soins de santé et services sociaux, en hausse de 167 100 en quatre ans.

Du côté du privé, le secteur des services professionnels, scientifiques et techniques s’est démarqué avec une hausse 206 300 emplois.

Et le secteur finance, assurances et immobilier a lui aussi bien fait avec une augmentation de 109 200 emplois.

Malgré la forte croissance de l’emploi lors de ces quatre années, il y a des secteurs qui ont connu de légères baisses. C’est notamment le cas pour l’agriculture (-1600 emplois) ; les ressources naturelles, dont l’extraction de pétrole (-26 700) ; les services aux entreprises, bâtiments et soutien (-14 300) ; et le secteur de l’information, culture et loisirs (-3800).