/weekend
Navigation

La société remise en question

La société remise en question
Photo courtoisie, Jean-François Boisvenue

Coup d'oeil sur cet article

Enjeux politiques et capitalistes, voilà ce que propose la création contemporaine Contre la suite du monde, au moyen de questionnements existentiels. Confrontée à un sentiment d’impuissance, la société de demain entrevoit d’un mauvais œil la suite du monde.

Cette pièce documentaire qui se veut aussi poétique et philosophique porte sur divers enjeux sociaux des plus actuels. Indignation, autodérision et humour noir seront de la partie.

« C’est un spectacle qui pose la question du décrochage social et politique et la perte de sens », lance la comédienne Ève Pressault, qui figure dans la distribution.

Enjeux sociaux

Il sera notamment question du mouvement #MeToo, ainsi que divers enjeux liés au capitalisme et aux changements climatiques.

« On traite de divers enjeux de société du Québec, ainsi que ceux à l’échelle internationale », souligne la comédienne, qui ajoute que l’on évoquera la notion de fin du monde.

Son personnage qui se nomme Ève voudrait changer le monde, mais réalisera que ce sera vain. « S’investir ainsi l’amènera à se questionner à savoir s’il s’agit d’une façon de s’engager ou plutôt une manière de se déculpabiliser », précise Ève Pressault.

On découvrira trois personnages, qui reflètent la société et qui en sont rendus à un point de rupture. Ils ont tout simplement lâché prise face à l’épuisement politique et le cynisme ambiant.

Contre la suite du monde

Auteurs et metteurs en scène : Claire Renaud et Jean-François Boisvenue Distribution : Peter Farbridge,

Ève Pressault et Philippe Racine

Du 23 octobre au 2 novembre

Au Théâtre La Chapelle