/investigations
Navigation

Normal d’espionner les conseillers, dit le maire

Il voulait trouver les élus qui parlaient aux journalistes

Pierre Brodeur
Photo d'archives Le maire de Saint-Lambert, Pierre Brodeur, défend l’enquête de la Ville.

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Saint-Lambert affirme être très à l’aise avec l’enquête qu’il a lancée pour trouver des sources journalistiques. Et ce, même si cela inquiète la ministre des Affaires municipales.

« Je suis très à l’aise. J’ai agi dans les meilleurs intérêts de la Ville de Saint-Lambert, contrairement à ce que certaines personnes peuvent penser », a dit le maire Pierre Brodeur en entrevue cette semaine.  

Notre Bureau d’enquête dévoilait la semaine dernière que Saint-Lambert avait mandaté des enquêteurs privés, en juillet dernier, pour interroger des élus après la fuite d’informations dans un journal local. Leurs courriels ont aussi été espionnés. 

À la suite de ces révélations, le ministère des Affaires municipales a indiqué que les pouvoirs d’enquête d’un maire ne lui conféraient pas le droit d’obtenir les courriels d’autres élus. Dans la foulée, la ministre Andrée Laforest a également demandé au Commissaire à l’intégrité municipale et à l’éthique d’enquêter à ce sujet. 

Pas le choix

Le maire Brodeur soutient qu’il n’avait pas le choix de réagir, car des documents « confidentiels » de la Ville ont fuité dans le journal local à trois reprises cette année. 

Pourquoi ne pas avoir demandé aux autorités compétentes, comme la Commission municipale du Québec, d’examiner la situation plutôt que d’engager lui-même une firme d’enquêteurs privés ? À ce sujet, la réponse du maire est demeurée floue. 

Quant à savoir pourquoi Saint-Lambert est la seule ville connue à enquêter sur des fuites journalistiques, M. Brodeur répond qu’« il y a des villes qui sont mal dirigées ». 

« On fait les choses correctement. C’est pour ça que Saint-Lambert se démarque par rapport à d’autres [...]. Quand je rentre chez moi le soir, je me regarde dans le miroir et je dors bien. » 

Des journalistes « taches »

C’est le Groupe Track qui a obtenu, de gré à gré, le contrat pour cette enquête qui a coûté 32 000 $ aux Lambertois. Son mandat : trouver qui, au sein des fonctionnaires et des élus, donne des informations concernant la Ville au journal local. 

La municipalité de la Rive-Sud a une relation plutôt conflictuelle avec l’hebdomadaire local, Le Journal de Saint-Lambert. Ce média a été condamné cette année à verser 130 000 $ à la Ville pour diffamation envers la précédente administration. 

Le maire Brodeur, qui dit ne pas faire de « chasse aux sorcières journalistique », s’en est pris à plusieurs reprises à ce journal au cours de notre entretien. 

« Dans [la] profession, vous avez d’excellents journalistes, mais vous avez aussi des taches », a-t-il dit. 

Le maire de Saint-Lambert a été blâmé par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec qui l’a accusé de « réduire ses conseillers au silence plutôt que de promouvoir la transparence ».