/travel/destinations
Navigation

Sur la route de la Norvège du Nord

Coup d'oeil sur cet article

TROMSØ, Norvège — Pics vertigineux, fjords turquoise et nuits ensoleillées... Jouissant d’un climat beaucoup plus doux que « notre » Grand Nord en raison de la présence du Gulf Stream, l’Arctique norvégien révèle de splendides paysages, de lointaines histoires de Vikings et un nombre surprenant d’endroits branchés. Durant l’été, sous le soleil de minuit, le voyage devient particulièrement envoûtant.  

 Voici cinq villes à mettre à votre itinéraire sur la longue — et belle - route de la Norvège du Nord.       

 1. Oslo      

L’Opéra d’Oslo, un bijou d’architecture moderne.
Photo courtoisie, UNSPLASH
L’Opéra d’Oslo, un bijou d’architecture moderne.

  

 La capitale norvégienne n’a pas les jolis canaux de Copenhague ni le quartier médiéval de Stockholm. Mais prenez le temps de vous y arrêter avant de mettre le cap vers la Norvège du Nord.       

 Désignée « capitale européenne verte 2019 », Oslo se découvre facilement à pied, que ce soit le long de l’étroit fleuve Akerselva, dans les rues du quartier branché Grünerløkka ou sur les 9 km de la promenade du port.      

Les saunas flottants KOK offrent une 
vue imprenable sur l’Opéra d’Oslo.
Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet
Les saunas flottants KOK offrent une vue imprenable sur l’Opéra d’Oslo.

  

Rien ne vaut toutefois une balade en traversier entre les îles du fjord d’Oslo pour prendre ses premières bouffées d’air pur. Équipé d’un billet de transport en commun, on découvre des îles rocailleuses aux maisons colorées qui rappellent les plus jolies côtes de la Nouvelle-Écosse. Sur l’île Gressholmen, on descend pour profiter d’un verre sur la terrasse du café Gressholmen Kro, alors que sur la péninsule de Bygdøy, on prend le temps de découvrir le Musée folklorique norvégien et le Musée des bateaux vikings.       

De retour au port, on ne manque surtout pas d’essayer les saunas flottants KOK. En face de l’Opéra — l’un des nombreux exemples de l’architecture moderne audacieuse du quartier Sørenga —, on alterne entre séances au chaud et plongeons dans la mer, jusqu’à ce qu’on ait oublié tous les effets du décalage horaire. On est alors prêt à prendre la route du Nord.        

 2. Trondheim      

Les maisons colorées du quartier Baklandet, le long du fleuve Nidelva.
Photo courtoisie, UNSPLASH
Les maisons colorées du quartier Baklandet, le long du fleuve Nidelva.

  

Il faut conduire environ sept heures — ou faire sept heures de train en discutant avec les voyageurs du coin — pour arriver sur le bord du fjord Trondheim, dans la ville du même nom. Ancienne capitale de la Norvège (de 1030 à 1217), elle est aujourd’hui la troisième plus grande ville du pays avec seulement 193 000 habitants. C’est une cité étudiante où les vélos sont rois et où les restaurants gourmets font la joie des foodies.      

Le restaurant Baklandet Skydsstation.
Photo courtoisie, Visitnorway.com
Le restaurant Baklandet Skydsstation.

  

La ville se fait particulièrement charmante à Baklandet, le long du fleuve Nidelva. Dans ce quartier datant du 17e siècle, les maisons colorées et les anciens entrepôts de bois ont été transformés en restos, bars et agréables commerces. Offrez-vous une soupe bien chaude dans le décor traditionnel du café Baklandet Skydsstation, commandez un verre d’« aquavit » (eau-de-vie) sur la terrasse du Antikvariatet ou attablez-vous au Kalas & Canasta pour goûter une cuisine nordique moderne et raffinée. (Attention, la baleine est au menu de plusieurs restaurants, en Norvège...)       

Par la suite, il vous restera au moins un incontournable : la cathédrale de Nidaros, dont la construction a commencé en 1012. Érigée sur la tombe de Saint-Olaf, le roi viking qui a christianisé la Norvège au début du 11e siècle, c’est la cathédrale gothique la plus nordique d’Europe. Sa façade aux innombrables statues pourrait bien vous laisser sans voix.       

3. Bodø      

À Bodø, la baignade sous le 
soleil de minuit est de mise au
moment du printemps et de l’été.
Photo courtoisie, Visitnorway.com
À Bodø, la baignade sous le soleil de minuit est de mise au moment du printemps et de l’été.

  

Bienvenue officiellement en Norvège du Nord ! Dernier arrêt de la ligne de chemin de fer, Bodø est située au-delà du cercle polaire, au pied des montagnes Børvasstindan. C’est la porte d’entrée du Nord avec un grand N et la « capitale des aigles de mer ». Ici comme ailleurs dans l’Arctique, le soleil brille 24 heures sur 24 à certains moments du printemps et de l’été, ce qui permet de profiter de la nature jusqu’au beau milieu de la nuit.       

Parmi les sites naturels qui attirent les curieux : le « Saltstraumen », à 30 km de la ville, qui ne serait rien de moins que le plus puissant courant de marée du monde.       

Pour plusieurs, cependant, Bodø constitue une simple halte pour prendre le traversier vers les îles Lofoten. Si c’est votre cas, à défaut de vous rendre en nature, faites un crochet chez Lovolds, près du port. Dans cette cafétéria locale, où le menu est affiché uniquement en norvégien, faites votre possible pour commander un « møsbrømlefse » : il s’agit d’une crêpe fourrée au « brunost », le fameux fromage à pâte brune que l’on voit partout en Norvège, fait à base de lait de chèvre caramélisé. Vous serez rassasié pour toute la traversée !        

 4. Svolvaer      

Îles Lofoten, Norvège. Vue sur le village de Hamnøy.
Photo courtoisie, UNSPLASH
Îles Lofoten, Norvège. Vue sur le village de Hamnøy.

  

Avec 4200 habitants, Svolvaer est la plus grande ville de ce qui est probablement le plus bel archipel de toute la Norvège : les îles Lofoten. Étalées sur 175 km, elles offrent une série de pics abrupts, de baies turquoise, de plages, de fjords et de villages de pêcheurs aux maisons rouges.       

À Svolvaer, les voyageurs aiment s’attarder sur le port et sur ses terrasses, partir en excursion de pêche ou en safari aux aigles de mer et, surtout, grimper sur le mont Floya. De là-haut, on profite d’une vue inoubliable sur la ville et sur les pics des Lofoten qui s’étendent à l’infini.       

Svolvaer est aussi l’endroit où s’instruire sur la pêche à la morue, moteur économique des îles bien avant l’arrivée du tourisme. L’un de nos guides, Geir Martin, de XX Lofoten, a carrément décrit son archipel comme le « Klondike des pêcheurs ». Les habitants des Lofoten pêchent, sèchent et exportent la morue arctique depuis au moins 1000 ans, et on aperçoit encore de grands séchoirs à poissons un peu partout dans les vallées.       

Une fois la ville explorée, il ne faut surtout pas hésiter à partir sur la route E10, qui fait partie des 18 routes panoramiques de Norvège et qui traverse tout l’archipel. En chemin, on explorera les petits commerces du village de pêcheurs Henningsvær. On fera une séance de surf dans les eaux turquoise d’Unstad (il y a deux écoles de surf au-dessus du cercle polaire, qui l’eût cru ?). Et, surtout, on visitera l’impressionnant Lofotr Viking Museum, où se trouve la reproduction à l’échelle de la plus grande maison viking jamais découverte, datant de l’an 500. Parce que les Lofoten, il faut le dire, sont aussi de vraies terres de Vikings.       

 5. Tromso      

Au café Riso, dans le centre de Tromso.
Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet
Au café Riso, dans le centre de Tromso.

  

Cafés troisième vague, pubs, microbrasseries, restaurants, musées, aquarium, jardin botanique... On ne s’attend pas à trouver autant de bouillonnement dans une ville construite à 350 km au nord du cercle polaire, et pourtant ! Tromso, plus grande agglomération de la Norvège du Nord avec 71 500 habitants, est à la fois universitaire, urbaine et cosmopolite. Et c’est d’ici qu’ont démarré plusieurs grandes expéditions polaires d’autrefois.       

Que faire dans cette ville du Nord aujourd’hui ? Visiter les cathédrales (celle de bois du 19e siècle ou celle de métal et de béton de 1965). Faire la tournée des musées (dont le musée polaire et le centre des sciences). Profiter de l’ambiance des cafés (comme le Riso) et des pubs (comme le vieux Olhallen). Ou partir en excursion dans les alentours, que ce soit dans les fjords ou à la rencontre du peuple indigène sámi, dont l’une des traditions est l’élevage de rennes.       

N’oubliez pas non plus de grimper — à pied ou en téléphérique — jusqu’au sommet Fjellheisen, à 420 m d’altitude, histoire d’admirer la vue sur la Tromso et les montagnes qui l’entourent. L’idéal ? Faire cette excursion par une belle soirée d’été, quand le soleil brille encore bien haut dans le ciel arctique.        

  

UN CIRCUIT NORDIQUE     

Différent des croisières ou des circuits les plus populaires, qui se concentrent souvent autour de Bergen et de ses fjords, cet itinéraire est basé sur un voyage offert par Intrepid Travel appelé «Northern Norway Explorer». Le concept? Un circuit en petit groupe (max. 15) en compagnie d’un(e) guide, comprenant l’hébergement, les déplacements en transport en commun local (train, traversier, autobus), quelques activités et du temps libre à chaque destination. Une façon «verte» et simplifiée de découvrir la Norvège du Nord par ses villes, avec possibilité de prolonger son séjour - par soi-même - à Tromsø ou Oslo. Info : www.intrepidtravel.com/en  

À SAVOIR     

Couvrant plus du tiers du pays, la Norvège du Nord est la région la moins peuplée de Norvège. Elle commence un peu au sud du cercle polaire et va jusqu’au point le plus nordique de l’Europe continentale, le cap Nord. Info : www.visitnorway.fr/destinations-norvege/region-nord