/sports/hockey/canadien
Navigation

Armia, un potentiel à exploiter

Maple Leafs c. Canadiens
Photo Martin Chevalier Joel Armia a inscrit trois buts à ses cinq premiers matchs cette saison avec le CH.

Coup d'oeil sur cet article

Joel Armia n’a jamais connu une saison de 30 points. Il n’a jamais marqué plus de 13 buts. Pourtant ses coéquipiers le décrivent comme un ailier unique avec un grand potentiel.

Le premier compliment provient de son coéquipier de trio en ce début de saison, Jonathan Drouin.

« Je pense que Joel est un talent rare, a dit Drouin après le gain de 6 à 3 contre les Blues de St. Louis. Il n’a probablement pas eu la chance à Winnipeg de l’exploiter pleinement. Il commence à le faire ici. Je trouve ça agréable de jouer avec un joueur de ce talent. Il a un très bon tir, il dégaine rapidement. »

« Joel apporte un élément différent à notre trio, a poursuivi le numéro 92. J’aimerais réussir à le comparer à un autre joueur de la LNH, mais je n’ai pas de nom en tête. Il récupère des rondelles facilement. En infériorité numérique, il va lever des bâtons pour prendre possession de la rondelle en battant son rival de force. Il a aussi une belle vision. Sa confiance augmente. »

De vieux coéquipiers

Dans un autre coin du vestiaire, Ben Chiarot est tout aussi élogieux.

« Je connais Joel depuis longtemps, a rappelé le défenseur du CH. J’ai commencé à jouer avec lui il y a cinq ans à St. John’s (2014-2015) dans la Ligue américaine. Il est l’un des attaquants avec les meilleures mains que j’ai vus. Il y a des choses qu’il réussit à faire où je me demande comment il y parvient. Il a clairement un instinct offensif. »

« À Winnipeg, il se retrouvait plus coincé derrière d’autres bons ailiers droits, a continué le numéro 8. Il était plus un joueur défensif au sein d’un troisième ou un quatrième trio. Cette année à Montréal, il reçoit une occasion de montrer son talent offensif. Ça ne me surprend pas de le voir contribuer à l’attaque. »

Plus confortable

Armia a marqué trois buts et récolté quatre points à ses cinq premiers matchs cette saison. Il s’agit d’un bon départ, mais l’échantillon reste bien mince. Le Finlandais se croit toutefois capable d’atteindre un autre niveau sur le plan offensif.

« Oui, c’est mon objectif, a répondu Armia. Je veux connaître une meilleure saison que l’an dernier. En ce moment, je me dirige dans le bon chemin. Je devrai toutefois maintenir le rythme. Je travaille fort et il y a une belle cohésion au sein de notre trio. Il y a beaucoup de talent entre Jo, KK (Kotkaniemi) et moi. Quand nous respectons le plan de match, nous générons des chances. »

À sa deuxième saison avec le CH, l’ailier de 6 pi 4 po et 210 lb a maintenant eu le temps de trouver ses repères.

« Je me sens mieux, a-t-il noté. Ça aide quand tu connais déjà tous les gars. L’équipe n’a pas changé beaucoup comparativement à l’an dernier. Je connais mieux aussi la ville, je me sens à ma place. »

La constance restera son plus grand enjeu. Il y a des moments où Armia peut s’endormir sur une glace. C’était le cas lors du calendrier préparatoire.

Une fausse histoire ?

Au cours de l’été, Armia avait retenu l’attention pour une drôle de façon. Dans une entrevue à un média finlandais, Ilta-Sanomat, il avait déclaré qu’il se tenait loin des journalistes francophones et qu’il cherchait à en dire le moins possible.

« On m’a parlé de cet article, a admis Armia. Mais honnêtement, je n’ai jamais dit ça. Je ne comprends pas l’origine de cet article. J’ai joué à Winnipeg, c’est une ville où le hockey prend aussi une immense place. Je dirais cependant que c’est encore plus gros à Montréal. Il y a encore plus d’attentes. J’ai aimé Winnipeg, j’aime Montréal. Et je n’ai rien contre les médias d’ici. »

Depuis ses débuts à Montréal, Armia reste discret avec les journalistes montréalais, mais toujours poli et courtois.

En 57 matchs l’an dernier avec le CH, Armia a obtenu 23 points (13 buts, 10 passes). Le 11 juillet dernier, il a paraphé un contrat de deux ans et 5,2 millions (2,6 millions par année).