/news/elections
Navigation

Indépendantistes catalans: Blanchet interpelle Trudeau et les autres chefs

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du Bloc québécois a demandé au premier ministre sortant Justin Trudeau de condamner les lourdes peines infligées lundi contre les dirigeants indépendantistes catalans pour de 2017 dans cette région d’Espagne.   

En campagne au Saguenay–Lac-Saint Jean, le bloquiste Yves-François Blanchet a interpellé directement le chef libéral à propos d’un jugement qu’il considère comme «inacceptable».  

«Je demande expressément au premier ministre Trudeau de dénoncer le geste de la cour et du gouvernement», a-t-il dit.  

Quelques heures auparavant, le Tribunal suprême espagnol venait de condamner neuf des douze hauts responsables du mouvement souverainiste catalan à des peines allant jusqu’à 13 ans de prison pour le référendum du 1er octobre 2017.  

Le chef libéral Justin Trudeau a toutefois refusé de prendre position sur la condamnation des indépendantistes catalans. «C’est une affaire interne espagnole et je n’aurai pas de commentaires à faire», a-t-il dit en campagne à Windsor, en Ontario.  

  • ÉCOUTEZ le commentaire de Steve E. Fortin à QUB Radio:

Emprisonnement  

Pour le chef bloquiste, «le refus de M. Trudeau de défendre la démocratie inquiète. Il cautionne l’emprisonnement d’élus qui ont pour seul crime organisé un référendum. Je dénonce, j’irai dénoncer et j’offre mes vœux de courage au peuple catalan», a-t-il expliqué.  

M. Blanchet a dénoncé une réaction carrément «honteuse», estimant qu’il y avait des principes qui devaient être défendus à l’échelle internationale.  

«Le premier ministre du Canada, grand champion des valeurs humaines, des droits humains, de la démocratie, va se ratatiner dans un coin plutôt que dénoncer l’État espagnol. C’est pas grand-chose d’autre que honteux», a-t-il ajouté.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

M. Blanchet a demandé aux autres chefs fédéraux de faire connaître leur position. «Je demande à tous les partis politiques de s’exprimer publiquement et clairement, de dénoncer l’emprisonnement politique de gens qui n’ont posé aucun geste criminel, qui n’ont posé aucun geste violent, qui ont eu pour seul crime d’avoir organisé un référendum sur le droit à l’autodétermination du peuple catalan», a-t-il ajouté.  

Triste journée, disent des élus à Québec  

À Québec, le chef du Parti québécois, Pascal Bérubé, a eu cette réaction: «Honte à l’Espagne. Solidarité avec la Catalogne. Une journée sombre pour la démocratie et l’émancipation des peuples», a-t-il écrit sur Twitter.  

M. Bérubé a interpellé le premier ministre François Legault sur cette question. «Le gouvernement du Québec doit dénoncer le déni de démocratie et la répression en Espagne où l’on condamne des indépendantistes à des peines de prison. Notre nation reconnaît le droit à l’émancipation des peuples», a-t-il avancé.  

Le député solidaire de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois, a parlé d’un «triste jour». «En prison pour avoir démocratiquement milité pour l’indépendance. Un dérapage autoritaire de l’Espagne, avec le silence complice de l’Europe. Triste jour pour tous les démocrates. Solidarité», a-t-il dit sur Twitter.  

«Quand l'injustice devient loi, la résistance est un devoir. Chère Catalogne, le Québec souffre avec toi. Solidaritat i Amor», a renchéri sa collègue solidaire Manon Massé.