/sports/soccer/impact
Navigation

Lovitz a fait sa place

Il a disputé 11 matchs avec les États-Unis en 2019

L’Américain Daniel Lovitz lors d’un match contre le Costa Rica en février dernier.
Photo d’archives L’Américain Daniel Lovitz lors d’un match contre le Costa Rica en février dernier.

Coup d'oeil sur cet article

TORONTO | Même si les partisans sont parfois partagés à son endroit, Daniel Lovitz a trouvé beaucoup de fans au sein de l’équipe nationale des États-Unis.

L’arrière gauche de l’Impact n’était pourtant pas sur l’écran radar de son équipe nationale il y a un an, mais un camp au début janvier et la nomination de Gregg Berhalter au poste d’entraîneur-chef ont changé la donne.

Lovitz est devenu un régulier sur le flanc gauche pour les Américains et il a disputé onze rencontres cette saison et devrait une fois de plus être partant mardi soir.

« Je ne sais pas comment expliquer la façon dont j’ai monté rapidement au sein de l’équipe. J’ai essayé de me concentrer sur moi-même en faisant en sorte que tout le reste s’arrange de lui-même », a confié le joueur originaire de la région de

Philadelphie peu avant l’entraînement de son équipe, lundi après-midi.

Berhalter, qui n’avait visiblement pas envie de se retrouver dans une conférence de presse, a tout même été plus éloquent quand il a été interpellé au sujet de son défenseur.

« Il a fait un bon travail. Ce que j’aime de lui, c’est qu’il peut attaquer, il est combatif vers l’avant et offre de bonnes passes. »

Ce sont de bien beaux compliments d’autant plus que Lovitz veut s’impliquer en attaque même si ça n’a pas toujours fonctionné cette saison avec l’Impact.

« J’ai été un ailier pendant la majorité de ma vie et de ma carrière, j’ai une aptitude pour attaquer », a-t-il insisté.

Dans le noir

Comme il était déjà parti retrouver sa sélection nationale, Lovitz n’était pas sur le bilan de fin de saison de l’Impact.

« J’ai discuté avec Olivier [Renard], mais ce n’était rien de formel afin de faire connaissance. »

Sans contrat pour 2020, Lovitz ne sait toujours pas s’il disputera une quatrième saison avec le Bleu-blanc-noir.

« Quiconque connaît la MLS sait que les choses peuvent se produire très rapidement.

« L’Impact n’est pas dans les séries, mais la saison de plusieurs autres équipes se poursuit. Je crois qu’ils vont réévaluer les choses une fois que la poussière sera retombée. »

S’il ne commande pas une trop grosse augmentation de salaire, ça tomberait sous le sens de le conserver puisqu’il est fiable, qu’il n’a que 28 ans et qu’il ne prend pas de place de joueur étranger. En 2019, l’Américain a empoché un peu plus de 97 000 $.

Discussion

Les spéculations ont été nombreuses quand on a constaté que Lovitz était non seulement écarté de la formation partante de l’Impact lors du dernier match de la saison contre les Red Bulls, mais qu’il était en plus exclu de la formation de 18 joueurs.

On ne sait pas de quel raisonnement découle cette décision de Wilmer Cabrera et le défenseur a préféré ne pas trop en dire sur le sujet. « C’est une discussion entre l’entraîneur et moi et je vais en garder le propos entre nous. Mais nous étions sur la même longueur d’onde. Je voulais jouer, mais je respecte sa décision. »

Puisque Cabrera a peu de chances d’être de retour la saison prochaine, il ne faut pas automatiquement interprété cette mise à l’écart comme un désaveu à l’égard de Lovitz ou comme une indication qu’il ne sera pas de retour avec l’Impact en 2020.