/opinion/blogs/columnists
Navigation

Répression espagnole, liberté catalane

La démocratie est du côté des Catalans

Répression espagnole, liberté catalane
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les tribunaux espagnols viennent de condamner à de très sévères peines de prison neuf des leaders indépendantistes catalans, associés au référendum de 2017. Ces peines vont de neuf à treize ans. On ne s’en surprendra pas exagérément. Alors que les Catalans espéraient exprimer démocratiquement leur volonté collective en organisant leur référendum, où ils se prononcèrent clairement pour l’indépendance de leur pays, les autorités espagnoles ont misé sur la politique la plus répressive qui soit. Au nom d’un légalisme constitutionnel aussi étroit qu’asphyxiant, le droit à l’autodétermination du peuple catalan a été traité comme une lubie toxique qu’il fallait réprimer violemment pour la chasser de la tête des électeurs. C’était la politique de la matraque. 

Aujourd’hui, on mise sur la matraque légale. Il s’agit de casser les reins d’un peuple pour le dissuader une fois pour toutes de se révolter ou de convoiter ce qui est pourtant la chose la plus naturelle pour une nation: avoir son propre pays pour se gouverner soi-même. Il s’agit de broyer juridiquement un mouvement national qui avait pourtant misé exclusivement sur la démocratie pour s’affirmer. Comment ne pas voir là une instrumentalisation politique de la justice? Cette judiciarisation du politique se présente comme une défense de l’État de droit mais correspond en fait à un autoritarisme qui se cache de moins en moins. Les Catalans doivent devenir des Espagnols comme les autres et se soumettre une fois pour toutes au principe de l’unité espagnole. 

Le droit à l’autodétermination des peuples est évidemment compliqué. On comprend qu’aucun État ne veuille se laisser charcuter. On comprend aussi qu’on ne saurait consentir à une fragmentation infinie du monde. Mais ce n’est pas de cela dont il s’agit ici. Ceux qui entretiennent une vision apocalyptique du droit des peuples à l’autodétermination veulent surtout diaboliser la possibilité même pour les nations non-souveraines d’accéder un jour à l’indépendance. Le club des États souverains serait pour de bon constitué. Le monde occidental n’est pourtant pas menacé d’un émiettement sans fin. Le Québec, l’Écosse ou la Catalogne pourraient accéder demain à l’indépendance sans bouleverser l’ordre du monde. 

Dans le cas qui nous intéresse, le peuple catalan existe pleinement. On ne saurait le réduire à un simple régionalisme comme le font ceux qui réduisent son existence nationale à une différence plus ou moins folklorique et n’étant aucunement en position de se prévaloir d’un quelconque droit à l’autodétermination. Il dispose des institutions qui lui permettraient demain de se constituer en État indépendant. Il entend naturellement se constituer en démocratie libérale. On peut évidemment ne pas être favorable à l’indépendance de la Catalogne et y voir une mauvaise option. On peut croire que la Catalogne rayonnera davantage dans le cadre espagnol. Mais on ne devrait jamais accepter que l’avenir d’une nation se décide ainsi devant un tribunal politique.

Chose certaine, les Catalans, aujourd’hui, sont victimes d’une répression politique. C’est leur droit d’exister comme peuple qui est nié par un État qui mise sur une stratégie autoritaire décomplexée pour maintenir son unité à tout prix, contre la volonté d’un des peuples qui le composent. Leurs dirigeants sont des prisonniers politiques. La constitution espagnole est désormais un corset illégitime. D’un point de vue catalan, elle est caduque. Reste à voir ce que feront les nationalistes catalans pour s’en délivrer: en Europe, ils n’ont pas d’alliés et connaissent la solitude des petites nations. Mais la démocratie est de leur côté. Le droit naturel des peuples l’est aussi. Leur courage mérite notre admiration.