/24m/job-training
Navigation

3 domaines pour lesquels la reconnaissance des acquis est indispensable

Team of young chefs preparing delicatessen dishes
goodluz - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Jessica Dostie — 37e AVENUE

 

Certains secteurs d’activité connaissent d’importantes pénuries de main-d’œuvre. Quels sont les emplois pour lesquels il est indispensable de favoriser la reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) ? Voici trois exemples.

Cuisinier

C’est bien connu : la restauration est l’un des secteurs les plus durement touchés par la pénurie de personnel. Les restaurateurs ont donc tout avantage à miser sur la RAC afin de recruter des travailleurs qui n’ont pas nécessairement étudié dans le domaine, mais qui ont toutes les compétences requises. Ainsi, à l’École des métiers de la restauration et du tourisme de Montréal, la RAC permet d’obtenir un diplôme d’études professionnelles (DEP) en cuisine.

Agent en assurance de dommages

Les emplois sont nombreux dans le domaine de l’assurance. D’ailleurs, le taux de placement dépasse les 90 %, selon la Coalition pour la promotion des professions en assurance de dommages. Pas étonnant, dans ce contexte, que le Cégep du Vieux Montréal propose un programme de RAC reconnu par l’Autorité des marchés financiers visant son attestation d’études collégiales (AEC).

Enseignant au primaire

Le manque d’enseignants a fait couler beaucoup d’encre. Il faut savoir qu’au Québec, détenir un brevet d’enseignement est obligatoire pour enseigner aux niveaux préscolaire, primaire et secondaire. Face à la pénurie, les commissions scolaires ont eu tendance, depuis quelques années, à faciliter l’embauche du personnel non légalement qualifié. Qui plus est, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue a récemment créé un certificat en accompagnement à l’enseignement primaire dans le but d’augmenter le bassin de suppléants.