/news/society
Navigation

Alexandre Champagne s’ouvre sur sa cyberdépendance

Alexandre Champagne s’ouvre sur sa cyberdépendance
Capture d'écran Instagram @alexandre_champagne

Coup d'oeil sur cet article

Les problèmes de dépendance aux jeux vidéo ne touchent pas que les adolescents. Par l’entremise des réseaux sociaux, le photographe Alexandre Champagne s’est ouvert sur sa cyberdépendance, un fléau qu’il a surmonté tout récemment.  

Il réagissait au reportage du Journal qui relatait mardi matin l’histoire de Yohan Morin, un adolescent qui terminera bientôt une thérapie fermée pour surmonter sa dépendance au jeu Fortnite.   

Dans un long message sur Facebook, Alexandre Champagne s’est adressé directement au jeune Yohan pour le féliciter d’avoir eu le courage de reconnaître son problème et d’entamer une thérapie.   

«En entrant en thérapie, tu as posé un geste significatif qui, j'espère, va aider d'autres jeunes et moins jeunes à réaliser l'emprise qu'ont les jeux vidéo sur leur vie», a-t-il souligné.   

Celui qui vient de fêter son 34e anniversaire a révélé être «complètement sobre» de jeux vidéo depuis maintenant six mois.   

«J’ai manqué du travail, détruit mes relations, menti pour jouer et j’ai dépensé des sommes exorbitantes sur des jeux depuis 2007», témoigne-t-il.   

Le photographe précise qu’il pouvait passer 12 à 16 heures par jour devant les jeux vidéo. Il était alors en mauvaise santé et se sentait anxieux dès qu’il quittait les écrans.   

«Le fait que tu prennes la parole pour en parler me réchauffe le cœur, parce que, pour les jeunes, tout pointe vers l’utilisation des jeux vidéo», souligne Alexandre Champagne, qui a conclu son témoignage en invitant Yohan Morin à son studio pour une séance de portraits, afin qu'ils puissent «porter [son] message ensemble».   

  • ÉCOUTEZ l'entrevue d'Alexandre Champagne à QUB Radio:

Touché par le message du photographe, Yohan Morin a accepté l’invitation avec plaisir, félicitant au passage le courage d’Alexandre Champagne.   

Alexandre Champagne s’ouvre sur sa cyberdépendance
Capture d'écran Facebook

«Wow, merci beaucoup et félicitations pour ton 6 mois d’abstinence. Continue, moi je retourne au centre de thérapie ce matin, il me reste seulement 10 jours avant ma sortie. [...] Merci beaucoup de me soutenir», a écrit l’adolescent de 14 ans dans les commentaires.