/finance/opinion/columnists
Navigation

Le Québec perd du poids dans le Canada

Coup d'oeil sur cet article

D’une année à l’autre, le poids démographique du Québec dans le Canada ne cesse de diminuer.

Démographiquement parlant, le Québec, avec ses 8,48 millions d’habitants, ne représente aujourd’hui que 22,57 % de la population canadienne, comparativement à 27,9 % en 1971. On parle d’une baisse de 5,3 points de pourcentage, ce qui est énorme.

Pendant cette même période de 48 ans, selon les données compilées par Statistique Canada, l’Ontario voyait bon an mal an son poids démographique augmenter.

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Michel Girard à QUB Radio:

Tout le contraire du Québec. Aujourd’hui, la population ontarienne de 14,57 millions de personnes compte pour quelque 38,75 % de la population canadienne, en hausse de 3 points de pourcentage durant la période.

La Colombie-Britannique et l’Alberta ont également emboîté le pas à l’Ontario en haussant leurs poids démographiques respectifs de 3 à 4 points de pourcentage.

En Ontario

Autre comparaison démographique qui démontre à quel point le Québec perd des plumes au sein du Canada : à la lumière des données de Statistique Canada, la population du Québec a augmenté de 38,75 % depuis 1971. C’est vraiment peu par comparaison à l’Ontario.

En Ontario, la population a bondi de 85,6 % pendant la même période. Ce qui lui donne un taux de croissance de la population 2,2 fois supérieur à celui du Québec.

En Colombie-Britannique et en Alberta, le rythme d’augmentation de leur population respective est encore plus fort qu’en Ontario.

En 1971, le poids démographique du Québec (27,9 %) au sein du pays dépassait par 10 points de pourcentage le poids combiné (17,8 %) de l’Alberta et de la Colombie-Britannique. Aujourd’hui, les deux provinces de l’Ouest canadien comptent pour 25,1 % de la population canadienne, dépassant ainsi le poids démographique du Québec par 2,5 points de pourcentage.

En guise de consolation pour le Québec, sachez qu’en termes de poids démographique, les provinces de l’Atlantique « s’allègent » plus vite que le Québec au sein du Canada !

Autre prix de consolation : le rythme de décroissance du poids démographique du Québec dans le Canada a ralenti depuis 2001.

Et le français ?

On ne sera pas surpris d’apprendre que la francophonie perd également du terrain à l’intérieur du Canada.

Lors du recensement pancanadien de 2001, la population de langue maternelle française représentait 23,2 % de la population canadienne.

Au dernier recensement de 2016, Statistique Canada révélait que le « poids » des Canadiens dont la langue maternelle est le français à la maison avait baissé à 21,4 % de la population canadienne.

Pire encore. Il faut savoir que même au Québec, le château fort de la francophonie en Amérique, la population de langue maternelle française a reculé. En 2001, elle représentait 82 % de la population du Québec.

Lors du dernier recensement de 2016, la population de langue maternelle française au Québec voyait son poids baisser à 79,1 % de l’ensemble de la population québécoise.

Parions qu’au prochain recensement pancanadien de 2021, le poids de la francophonie au Canada, et même au Québec, va encore afficher un recul, comme ce fut malheureusement le cas à chacun des quatre précédents recensements.