/sports/golf
Navigation

L’Europe sourit à deux Québécois

Brault et Bernard passent à la deuxième étape des qualifications en France

Après avoir évité le couperet des qualifications, Étienne Brault prendra part à la deuxième étape le 7 novembre prochain en Espagne.
Photo d’archives, Agence QMI Après avoir évité le couperet des qualifications, Étienne Brault prendra part à la deuxième étape le 7 novembre prochain en Espagne.

Coup d'oeil sur cet article

Étienne Brault a survécu à sa première expérience de qualifications en sol européen, le week-end dernier dans le nord de la France.

Le golfeur québécois qui avait longtemps épargné afin de pouvoir traverser l’Atlantique pour participer à cette longue épreuve a gagné son pari lors de la première étape des qualifications du circuit européen.

En terminant à égalité au septième rang au club de golf d’Hardelot, il a mérité son laissez-passer vers la deuxième étape qui sera disputée sur quatre parcours d’Espagne dès le 7 novembre. Il fait ainsi partie des 183 golfeurs, parmi les 842 inscrits, à survivre au couperet. À Hardelot, 24 des 118 joueurs ont poinçonné leur ticket.

« J’ai senti le stress lors de la dernière ronde. J’avais une chance de gagner le tournoi en mettant la main sur la bourse de 2000 euros au vainqueur. Mais je devais aussi faire attention, car je ne devais pas passer sous la barre du top 20, a raconté Brault en entrevue téléphonique avec Le Journal de Montréal.

« Avec un mauvais départ, j’ai flirté avec le couperet, a relaté celui qui a aligné les oiselets sur le retour. J’ai replacé mon jeu pour finir en force. »

Objectif réussi

« Tout ce que je voulais, c’était de ramener ma balle à la maison et résister au couperet. C’était mon objectif en me rendant là-bas », a précisé celui qui a terminé avec une fiche cumulative de -6.

Il a partagé ce septième rang avec son compatriote québécois Hugo Bernard alors qu’ils ont joué ensemble en ronde finale en prenant soin de garder l’atmosphère légère sur le parcours à normale 71 près de l’océan.

L’histoire de Raoul Ménard n’a pas connu le même dénouement heureux. Le Québécois de 27 ans a terminé au 95e rang, à plus de 15 coups du couperet, alors qu’il n’a pu disputer la dernière ronde.

Au Portugal, une difficile première ronde a coûté un billet à la deuxième étape à Keven Fortin-Simard. Il a manqué le couperet final par deux petits coups.

Savoie prend son temps

Demeuré au Québec après avoir échoué sa tentative de qualifications au circuit américain Korn Ferry à la fin septembre, Joey Savoie prépare la saison morte. Visant une entrée chez les pros au tournant de la nouvelle année, il décompresse, peaufine ses stratégies et s’entraîne.

« Mes résultats aux qualifs m’ont déçu. Je suis en plein processus d’apprentissage pour le futur. Il y a des développements dont on ne s’aperçoit pas toujours. Ce qui est important, c’est la recherche de constance », a fait savoir Savoie.

Le golfeur de 25 ans s’envolera vers l’Amérique du Sud à la fin octobre pour des tournois en Argentine et au Chili. On se souvient que cet été, le continent l’avait choyé. Il était rentré de Lima, au Pérou, avec une médaille des Jeux panaméricains.

D’ici son départ, il organise, samedi, un tournoi-bénéfice au club de golf Pinegrove.