/sports/fighting
Navigation

Gvozdyk heureux des progrès de Stevenson

L’Ukrainien a vécu un mélange d’émotions après sa victoire à Québec

Oleksandr Gvozdyk se souviendra de la date du 1er décembre 2018 toute sa vie. Après être tombé sous les coups de l’Ukrainien, Adonis Stevenson allait tomber quelques heures plus tard dans le coma.
Photo d’archives, Didier Debusschère Oleksandr Gvozdyk se souviendra de la date du 1er décembre 2018 toute sa vie. Après être tombé sous les coups de l’Ukrainien, Adonis Stevenson allait tomber quelques heures plus tard dans le coma.

Coup d'oeil sur cet article

PHILADELPHIE | Oleksandr Gvozdyk se souviendra de la date du 1er décembre 2018 jusqu’à la fin de ses jours. Lors de cette soirée, il est devenu champion WBC des mi-lourds, mais il est aussi venu à un cheveu d’envoyer son adversaire à la morgue.

Ce combat est encore frais à la mémoire de Gvozdyk. Il se souvient des moindres détails. De la première cloche à l’annonce de sa victoire par l’arbitre Michael Griffin.

L’Ukrainien (17-0, 14 K.-O.) a également des souvenirs du moment où le représentant du Journal de Montréal l’avait informé de la condition critique d’Adonis Stevenson dans le hall d’entrée d’un hôtel de Québec.

« J’ai vécu un mélange d’émotions pendant cette journée et le lendemain. Il y avait de la joie, mais aussi de la tristesse, a indiqué Oleksandr Gvozdyk après sa table ronde avec les médias américains mercredi. Ma vie a changé, car je suis devenu champion, mais aussi en raison de cette triste histoire.

« Je tente maintenant de mettre ce combat derrière moi et de regarder vers l’avant. »

Comme plusieurs personnes du monde de la boxe, il suit les progrès de la réadaptation de son ancien adversaire par le biais des médias sociaux.

« Il a été très chanceux de s’en tirer sans séquelles graves, a ajouté Gvozdyk. Ce n’est pas tous les boxeurs qui ont cette seconde chance. Regardez ce qui est arrivé au boxeur de la Russie [Maxim Dadashev] qui est décédé après un combat quelques mois après.

« Adonis a survécu, alors que peu de personnes lui donnaient une chance de passer au travers. Il est presque revenu à 100 %. Je suis heureux pour lui. »

Aucun remords

Lorsqu’on lui parle des conséquences de son knock-out sur Stevenson, Gvozdyk n’a pas de remords. Et il ne ferait pas les choses de façon différente.

« Ce qui est arrivé après le combat n’était pas de ma faute. J’ai seulement fait mon travail dans le ring. J’ai essayé de demeurer positif et d’envoyer de l’énergie positive à Adonis pour qu’il s’en sorte.

« Ce fut un soulagement lorsque j’ai constaté qu’il était sorti du coma. »

Le protégé de Teddy Atlas a confirmé ne pas avoir contacté Stevenson depuis leur dernier échange de coups de poing.

« Je ne l’ai pas encore fait, mais j’ai l’intention de le faire sous peu, a-t-il mentionné. D’ailleurs, on m’a appris qu’il y a des chances qu’Adonis soit présent à la convention du WBC, la semaine prochaine à Cancun.

« S’il est présent, ça me fera plaisir de le revoir et de discuter avec lui. »

Patience récompensée

Si Gvozdyk est champion du monde aujourd’hui, il le doit à sa patience et à sa détermination durant son affrontement contre Stevenson. Il disputait un combat très serré jusqu’au moment où il a mis fin à l’affrontement avec deux combinaisons de coups de puissance.

Au moment de l’arrêt du duel, on se rappelle qu’il tirait de l’arrière sur deux des trois cartes des juges.

« Je ne savais pas que je perdais le combat sur les cartes des juges, a expliqué Gvozdyk. Dans le feu de l’action, je ne pensais pas à ça et je ne sentais pas que le choc s’en allait dans cette direction.

« J’avais plutôt l’impression que je serais capable de l’arrêter avant la fin. Sans ce knock-out, je ne serais pas champion en ce moment. »

Au cours de ce combat, le pugiliste de 32 ans a prouvé qu’il a un bon menton.

« Ce n’est pas un aspect que tu veux démontrer dans un combat. Ça veut dire que ton adversaire atteint la cible. Je n’ai pas l’intention de le prouver à nouveau vendredi contre Beterbiev. »