/sports/opinion/columnists
Navigation

Que feront les Blue Jays?

Les Blue Jays doivent offrir une prolongation de contrat à leur as releveur Ken Giles.
Photo d’archives Les Blue Jays doivent offrir une prolongation de contrat à leur as releveur Ken Giles.

Coup d'oeil sur cet article

Avec la fin de la Série mondiale s’amorcera une des périodes les plus fertiles en rebondissements du baseball majeur : l’entre-saison !

Car c’est au cours des prochains mois que nous assisterons au dévoilement des intentions de plusieurs équipes des majeures... des équipes en voie de restructuration, d’autres en voie de destruction et aussi d’autres qui opteront pour le statu quo.

Où se situent les Blue Jays de Toronto là-dedans ?

Selon moi, ils sont en voie de restructuration, car la phase de reconstruction est terminée. Il leur faut, maintenant, s’assurer que leurs jeunes éléments seront bien encadrés et appuyés à compter de 2020.

D’abord et avant tout, il faudra que les propriétaires des Jays décident du statut de leurs président et directeur-gérant. Les contrats de Shapiro et Atkins expireront à la fin de la saison prochaine. À mes yeux, ces deux hommes travailleront bien mieux sachant que leurs contrats auront été prolongés. Sinon, quelles seront leurs sources de motivation si la haute direction ne leur signifie pas qu’ils seront ceux qui vont ériger la structure d’une équipe qui aspirera aux grands honneurs d’ici trois ans ?

Lanceurs recherchés

Au cours de l’hiver, les Jays devront chercher à mettre la main sur quelques lanceurs partants d’expérience, possiblement deux ou trois, pour que l’attaque des Jays ne soit pas obligée de marquer six ou sept points pour espérer gagner un match.

Trent Thornton, Jacob Waguespack et Anthony Kay pourraient mériter des postes comme partants, mais les jeunes T.J. Zeuch, Nate Pearson, Sean Reid Foley et Patrick Murphy ont encore besoin, au moins, d’une demi-saison avant de se retrouver avec le grand club.

Offre à Ken Giles

Chez les releveurs, je souhaite que les Jays offrent une prolongation de contrat à Ken Giles, possiblement de deux ans, pas plus. Pour le seconder, je vois très bien le vétéran Ryan Tepera et le jeune Jordan Romano tandis que le retour de Daniel Hudson serait fort apprécié.

Il faudra aussi dénicher un solide gaucher, car je suis perplexe dans le cas de Thomas Pannone.

Ailleurs, au sein de l’équipe, les Blue Jays sont assez bien nantis avec deux bons jeunes receveurs et un avant-champ des plus prometteurs avec Vladimir Guerrero Jr., Bo Bichette, Cavan Biggio, Rowdy Tellez ainsi que le réserviste Bradon Drury.

Il leur manque toutefois, un frappeur de choix puisque Justin Smoak ne semble pas faire partie de leurs plans.

Chez les voltigeurs, un vétéran frappeur gaucher ne serait pas de refus pour bien appuyer les Lourdes Gurriel Jr., Teoscar Hernandez et Randal Grichuk. Un excellent voltigeur de centre qui frappe de la gauche pourrait aussi offrir aux Blue Jays la possibilité d’utiliser Teoscar comme frappeur de choix.

Et bien que les coffres des Blue Jays soient bien garnis, il faut oublier de mettre la main sur des lanceurs de la trempe de Zack Greinke.

Il faudra alors que leurs dépisteurs scrutent à fond les éléments disponibles et qu’ils fassent les bons choix.

Nouveaux règlements

Il sera aussi très intéressant de voir quels seront les nouveaux règlements qui seront acceptés, avec ou sans le consentement de l’Association des joueurs.

Je dis sans le consentement du syndicat, car les autorités ont le privilège de le faire, mais non sans s’exposer à la possibilité de représailles :

  • Une nouvelle limite de joueurs dans la formation en début de campagne, soit de 26 au lieu de 25 et d’en ajouter un 27e lors des programmes doubles ;
  • À compter du 1er septembre, chaque équipe devra compter 28 joueurs jusqu’à la fin de la saison régulière ; un lanceur de relève devra affronter au moins trois frappeurs avant d’être remplacé, à moins qu’il n’ait obtenu le dernier retrait de la manche (sur ce sujet, l’Association a déjà donné son accord, sans possibilité de représailles) ;
  • La durée minimum du séjour d’un lanceur sur la liste des blessés passera de 10 à 15 jours et lorsqu’un lanceur sera cédé sous option à une filiale, il devra y rester durant 15 jours au lieu de 10 (ceci devra être approuvé par l’Association).

Exploit d’un jeune spectateur

Lorsque vous assistez à un match de baseball professionnel, vous avez une chance sur 580 d’attraper une fausse balle.

Et le fait d’en attraper deux lors de la même présence d’un frappeur au bâton tient presque du miracle ! Pourtant, lors d’un récent match des Royals contre les Marlins, à Miami, le jeune Brandon Ortiz a réussi l’exploit alors qu’en sixième manche, il a capté une fausse balle frappée par Martin Prado. Ortiz n’avait pas terminé de célébrer avec joie d’avoir capté une fausse balle que Prado en a cogné une autre dans sa direction et Ortiz l’a captée !

Cal Ripken et les doubles-jeux

L’homme de fer des Orioles de Baltimore, Cal Ripken Jr., a été le dernier frappeur à se présenter au bâton lors du dernier match disputé au Memorial Stadium de Baltimore, le 6 octobre 1991.

Vous ne serez nullement surpris si on vous dit qu’il a frappé dans un double-jeu, car cela lui est arrivé 350 fois en carrière et seul Albert Pujols en revendique plus que lui, soit 395.

Qui plus est, Cal et son frère cadet Billy ont exécuté 287 doubles-jeux lorsqu’ils étaient coéquipiers de 1987 à 1991 et en 1996, soit au cours de 663 matchs.

La puissance de Kent

Il fut un temps où la principale qualité d’un joueur de deuxième but était sa défensive. Mais Jeff Kent était bien différent des autres, car il frappait avec puissance.

Au cours de sa carrière de 17 saisons dans la Ligue nationale, avec les Giants, les Mets, les Dodgers et les Astros, Kent a claqué 351 longues balles comme joueur de deuxième but sur les 377 circuits qu’il a réussis. Dans la Ligue américaine, c’est Joe Gordon qui, au cours de 11 saisons avec les Yankees et les Indians, a canonné 246 de ses 253 circuits comme joueur de deuxième but.

Match unique de Bryce Harper

Comment est-il possible qu’un frappeur obtienne six buts sur balles en plus d’être atteint d’un lancer et de marquer un point au cours de la même rencontre, et que son équipe encaisse la défaite ?

Pourtant, c’est ce qui est arrivé à Bryce Harper, le 8 mai 2016, alors qu’il portait les couleurs des Nationals de Washington... et que les Cubs de Chicago les ont vaincus au compte de 4 à 3 en 13 manches.

Harper est également le plus jeune joueur de position à avoir participé au match des étoiles alors qu’à l’âge de 19 ans, il a patrouillé dans le champ gauche dans la classique de 2012.