/sports/fighting
Navigation

Steven Butler ne sera pas le favori de la foule, loin de là

Steven Butler
PHOTO AGENCE QMI, TOMA ICZKOVITS Steven Butler

Coup d'oeil sur cet article

Le boxeur québécois Steven Butler aura une chance en or de devenir champion du monde, le 23 décembre au Japon, mais il devra s’exécuter devant un public qui ne lui réservera aucun amour.

C’est que son rival, Ryota Murata (15-2-0, 12 K.-O.), ancien champion olympique et détenteur de la ceinture WBA des poids moyens, est une immense vedette là-bas. Butler (28-1-1, 24 K.-O.) et son promoteur, Camille Estephan, l’ont bien constaté lors de la conférence de presse annonçant le combat, mercredi.

«C'est spécial d'être ici avec Steven. On part de loin et on a vu à quel point il y a un engouement pour la boxe ici, a observé Estephan. C'était comme si c'était la finale de la coupe Stanley, il y avait peut-être 80 ou 90 médias. Mais honnêtement, on ne vient pas ici en touriste. On n'aura pas le sentiment du devoir accompli tant qu'on n'aura pas gagné ce combat.»

Il y aura donc de l’émotion dans l’air à l’Aréna Yokohama, en banlieue de Tokyo, le soir du combat. Mais ce n’est rien que Butler, malgré son caractère bouillant, ne saura pas gérer.

«Contre Brandon Cook, c'était un combat avec beaucoup d'engouement et j'avais eu pas mal d'émotions durant ce combat-là, a rappelé Butler. J'avais laissé mes émotions embarquer et m'emporter un peu. Je me suis donc brûlé vite, mais j'ai appris de cette erreur-là.»

«Je reste en contrôle, j'ai un plan de match à respecter, et mon plan de match reste aussi, dans ma vie personnelle, de demeurer concentré durant les 10 semaines qui viennent», a ajouté le pugiliste de 24 ans.

Parce que Butler, il faut le souligner, reviendra au Québec jeudi pour se mettre immédiatement au travail. Il ne retournera à Tokyo que deux semaines avant le combat.

Le bon adversaire

Le clan Butler avait deux choix pour le prochain rival du Montréalais. Murata, selon Estephan, était la meilleure option pour la carrière de son poulain.

«De l'autre côté, on avait Demetrius Andrade, a-t-il expliqué. Lui, il n’a pas la même reconnaissance mondiale. C’est un champion olympique [Murata], contre qui on va se battre, c'est vraiment une grande vedette internationale. On a beaucoup plus à gagner dans ce combat-là.»

Butler en arrive donc à une période charnière de son parcours et il n’oublie pas, par ailleurs, le soutien d’Estephan, qui l’a aidé à franchir les différentes étapes l’ayant mené vers ce combat de championnat du monde.

«Je compte gagner cette ceinture-là à sa faveur, pour lui donner un cadeau de Noël», a d’ailleurs souligné Butler.