/entertainment/tv
Navigation

«Team White, la série documentaire»: l’envers de la création

«Team White, la série documentaire»: l’envers de la création
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Katerine et Alexandre Leblanc, le duo gagnant de la première saison de «Révolution», lèvent le voile sur leur quotidien, tant professionnel que personnel, dans «Team White, la série documentaire», pour Club illico.

Sans restrictions, le frère et la soeur se sont laissé filmer dans leur chambre, à leur studio de danse, en famille et même durant des périodes de création intense. Un choix qu’ils assument totalement. «Notre idée était de montrer une nouvelle facette de Team White, montrer ce qu’on fait avec nos élèves, nos amis et nos proches, a indiqué Alexandre. C’est une image différente de celle présentée dans l’émission.»

Sa soeur souhaitait aussi être plus transparente sur les coulisses de la vie d’artiste. «Alexandre et moi, on est des gens normaux qui vivent le même genre de quotidien que tout le monde. La vie n’est pas toujours rose, même quand on fait de la création.»

La série débute au lendemain de la victoire de Team White à «Révolution» et va les suivre à travers leurs différents projets, comme la gestion de leur école de danse ou la création des chorégraphies pour le Cirque du Soleil. «Créer à deux n’est pas forcément facile, a avancé Alexandre. Mais tout passe par la communication entre Katerine et moi. On a des personnalités extrêmement différentes. Quand on n’est pas d’accord avec une idée de l’autre, on se le dit sur-le-champ, sans rien accumuler. On s’excuse et on passe à autre chose.»

L’essence du duo

Avant de participer à «Révolution», Katerine et Alexandre étaient surtout frère et soeur. Ils sont maintenant aussi de solides partenaires de danse. «On n’avait jamais travaillé ensemble sur des gros projets avec un niveau de stress élevé, a indiqué Alex. C’était donc pas mal nouveau et on a dû tester notre manière de travailler dans ce contexte. Ça nous a permis de nous découvrir et de solidifier notre relation encore plus.»

Leur relation est d’autant plus intense qu’ils ont perdu leur père alors que Katerine était encore dans le ventre de sa mère. «Quand tu n’as pas de père, tu peux faire des niaiseries ou mal te comporter à l’école, il n’y aura pas forcément de conséquences, a-t-elle raconté. Mais mon frère était comme mon père. Si j’étais tannante à l’école et qu’il l’apprenait, il me chicanait. Il m’a aidé à me responsabiliser, parce que je n’étais pas une enfant facile.»

Si Katerine a dû surmonter des défis, Alexandre aussi. «Ma timidité était vraiment intense quand j’étais plus jeune. La danse a changé ma vie et ma façon de parler aux gens. J’ai développé mes aptitudes de communication beaucoup grâce à la danse. Mais c’est aussi dans ma nature de prendre soin des gens autour de moi, que ce soit ma soeur, ma blonde, ma mère ou les gens avec lesquels je travaille.»

Les six épisodes de «Team White, la série documentaire» seront en ligne sur Club illico à compter de ce dimanche.